la lettre de Guy CAILLEAU

Viva la vulve.

 

Au cours de la Journée internationale de la femme de 1975 les Nations Unies commencent à commémorer la Journée internationale de la femme tous les 8 mars de chaque année. Deux ans plus tard, en décembre 1977, l’Assemblée générale adopte une résolution proclamant qu’une Journée des Nations Unies pour les droits de la femme et la paix internationale devait être célébrée par les États membres un jour quelconque de l’année, selon leurs traditions historiques et nationales.

Cette Journée internationale de la femme trouve son origine dans les mouvements ouvriers du tournant du XXème siècle en Amérique du Nord et dans toute l’Europe. Depuis lors, cette Journée a pris une nouvelle dimension mondiale pour les femmes des pays développés comme pour celles des pays en voie de développement. Le mouvement international en faveur des femmes, a été renforcé par les quatre conférences mondiales des Nations Unies sur les femmes, et a contribué à faire de cette commémoration un point de ralliement pour mobiliser le soutien en faveur des droits des femmes et de la participation de ces dernières à la vie politique et économique.
La Journée internationale de la femme fournit de plus en plus l’occasion de dresser un bilan des progrès réalisés, d’appeler à des changements et de célébrer les actes de courage et de détermination accomplis par les femmes ordinaires qui ont joué un rôle déterminant et essentiel dans l’histoire de leurs pays.
28 ans plus tard que reste t-il de cette journée internationale des droits de la femme?
Force est de constater qu’à part se donner bonne conscience une fois par an, il n’en reste pas grand-chose.
Les femmes de par le monde ont toujours été à la pointe du combat pour l’égalité, elles on durement payée de leur vie bien souvent leur engagement pour ce combat.
Rappelons nous qu’il n’y à pas bien longtemps, la femme en France devait demander l’autorisation d’ouvrir un compte bancaire à son mari, soumise qu’elle était par la loi à la volonté du mâle qui la considérait comme sa propriété personnelle avec droit de tout. Et on à vu comment dans certains cas les choses se sont passées.
La lutte contre les violences faites aux femmes a été le thème choisi par l’ONU pour la Journée 2009, . En 2010, le Comité avait décidé de mettre en avant la situation des femmes déplacées lors de conflits armés. Quant au thème 2012, il s’agissait d’« Autonomiser les femmes rurales et éradiquer la faim et la pauvreté ».
À travers ces journées internationales, l’ONU entend lutter pour l’amélioration de la vie des femmes dans le monde entier.
Depuis sa création, cette journée permet chaque année, la journée internationale de la femme est l'occasion de faire le point sur la condition des femmes, l'égalité des sexes, mais aussi de regarder au-delà de nos frontières et d'approfondir la réflexion concernant les avancées futures.

Le 2 mars2013: France télévision consacre du temps d'antenne à tout heure durant 8 jours pour diffuser des émissions autour de la condition de la femme.
Belle initiative c’est un peu mieux qu’une journée annuelle mais encore insuffisant par rapport au retard pris en la matière.
Le choix de 2013 fait la part belle aux violences faites aux femmes. Combien de fois ai-je vu et entendu, à l’époque ou j’étais fonctionnaire de police, des femmes venir au poste pour se plaindre du comportement violent de leur mari ou compagnon. J’ai le souvenir de l’une d’entre elle qui après avoir prévenu que son mari voulait la tuer s’est vue répondre par un commissaire plus doué que d’autre que la police saurait l’en dissuader, partie à peine rassurée elle était abattue en pleine rue à trois heures du matin par le mari irascible.
Combien d’autres, violées et maltraitées n’osaient pas déposer plainte de crainte que le remède soit pire que le mal. Il faut dire que la décision, heureusement modifiée depuis, prise le 4 mai 2012 par le conseil constitutionnel Français" a perdu de sa crédibilité en abrogeant la veille de l’élection présidentielle la loi sur le harcèlement sexuel.
Les lois n'étant pas rétroactives par toute nouvelle loi ne sera pas applicable pour les délits d'harcèlement déjà effectués et qui étaient en cours d'instruction (plus de 200 affaires en cours d'instruction).
Alors tout les ans on fait moult émissions de télé et radio, d’innombrables conférences, nous tenons réunions sur réunions, pour nous donner bonne conscience avec la satisfaction le soir venue, à l’issue de cette journée, d’avoir fait ce qu’il fallait pour cette cause et refermons sagement ce dossier jusqu’à l’année suivante.
Et les femmes, un peu frustrées c‘est vrai,, reprennent leur train train quotidien avec son lot de taches ménagères, ses corvées et servitudes envers un mari ou un compagnon, dont il est vrai le comportement à changé quelque peu depuis plusieurs années, mais qui reste, qu’on le veuille ou bon, « le maître » et il ferait bon voir que la femme veuille s’émanciper un peu trop. Certes il ne s’agit pas de donner des coups pour se faire respecter ou craindre, les violences verbales et harcèlement moreaux peuvent faire plus de mal que des violences physiques.

Vous me direz, de quel droit ce vieux con se permet il de nous juger, après tout c’est aussi un homme, ou est la solidarité entre mâles? Je ne peux pas être solidaire avec ceux qui se réveillent une fois par an pour faire bonne figure et suivre le mouvement initié par des hommes à l’ONU dans le seul but inavoué de se donner bonne morale alors que nos compagnes sont toujours traitées avec mépris par les politiques et les multinationales, (on a vu comment Anne LOVERGEON ex PDG de AREVA à été débarquée de son poste), payées avec jusqu’à trente % de salaire en moins que leurs homologues, cantonnées aux taches non valorisantes au prétexte qu’elles enfantent et sont moins disponibles alors que le mâle superbe et généreux se réserve les postes les plus valorisants.
De même lorsque DSK à été débarqué du FMI on l’a remplacé par une femme, madame Christine LAGARDE qui an accepté un salaire 30% moins élevé que sont prédécesseur
La journée internationale des femmes doit exister tout au long de l’année, c’est au jour le jour, dans notre vie quotidienne, que nous devons nous préoccuper de la situation de celles qui nous accompagnent tout au long de notre existence de la naissance à la mort, en veillant à être plus attentif. Il ne suffit pas d’être gentil pour obtenir leurs faveurs puis, tel le Docteur JekilL et mister Hyde, se transformer en monstre, une fois cette faveur obtenue.
Mais si la journée de la femme doit effectivement avoir lieu il serait peut être temps qu’elles, vous mesdames, et je fais surtout allusion à ces associations qui militent pour l’égalité et surtout le respect de la gente féminine tel que le MLF ou les chiennes de garde, soyez plus attentive à ce qui se passe sous vos yeux. Depuis quelques jours à la télévision française, diffuse la publicité de la marque de produits d'hygiène féminins Nana. Viva la vulve. C'est le nom du dernier spot de la marque de serviettes hygiéniques Nana. Cette publicité célèbre le sexe féminin avec des images explicites comme des fruits de mer, des origamis, des peluches ou encore des pâtisseries. On peut aussi y voir une serviette hygiénique maculée de sang rouge et non plus bleu, comme auparavant dans ces publicités. Qu’importe la couleur pourvu qu’on est l’image.
La marque explique sur son site vouloir décomplexer les femmes sur leur anatomie. "Les vulves et les vagins sont au cœur de ce que nous faisons, et Nana souhaite profiter de sa position pour être plus direct et ouvert sur le sujet, explique la marque sur son site. Après tout, la honte et la gêne vis-à-vis de cette petite (mais incroyable) partie de notre corps peuvent avoir un impact très négatif sur la confiance en soi."
Soit je veux bien mais alors que faire des spots publicitaires ou l’on masque pudiquement les attributs des femmes, alors qu’il y à encore quelques années on montrait allègrement des hommes caracolant devant les objectifs intégralement nus, les attributs masculins et virils flottant aux grès des vents. Pudibonderie inutile mal placée puisque l’on n’hésite pas à diffuser des films aux heures de grandes écoute « déconseillés au moins de 10 ans » alors que les images projetées auraient été interdites au moins de 16 ans il y a encore peu de temps.
La pub NANA diffuse sans vergogne l’image, entre autre d’une femme allongée sur un lit, les jambes écartée regardant à l’aide d’un miroir sa vulve puisque c’est ainsi que le qualifie la marque. Je ne parle pas du « lombis », coquillage que je ne mangerai désormais plus, se dilatant au rythme de la musique d’accompagnement du spot.
Cela ne vous choque pas mesdames, je suis sur que certaines n’apprécient pas ce genre de dégradation, car c’est bel et bien une dégradation de la femme, la ramenant à l’état d’objet. Montre moi ta vulve je te dirai qui tu es.
Une communication directe qui n'a pas laissé indifférent. Sur Twitter par exemple les avis d'internautes sont partagés entre ceux qui saluent l'audace, ceux qui la trouvent un peu osée pour une heure de grande écoute et enfin ceux qui sont franchement choqués et en appellent au CSA.
Le Conseil supérieur de l'audiovisuel reconnaît d'ailleurs avoir été saisi de plus d'un millier de demandes qui lui sont parvenues via le formulaire sur son site, les appels téléphoniques et les courriers. Un chiffre toutefois à relativiser au regard des millions de téléspectateurs qui ont déjà vu la publicité. Cinq millions de téléspectateurs étaient selon Médiamétrie devant TF1 le 23 septembre dernier à 21h lorsqu'a été diffusé le spot.
J’attends les réactions courroucées des chiennes de garde, des adhérentes du MLF, de toutes associations de défense des femmes, donnez de la voix, expliquez nous pourquoi cette publicité est encore diffusée et surtout pourquoi il a fallu tant de jours pour qu’enfin la toile s’empare du sujet. D’accord ou pas avec cette pub, chacun a le droit d’en penser ce qu’il veut mais celles qui se battent au jour le jour contre l’image dégradante de la femme que diffusent certaines chaines de télé. Pour ma part je me devais de mettre en garde contre ce type de publicité qui au lieu d’aller dans le bon sens, régresse et ramène nos compagnes aux années 70 ou tout semblait permis ce qui était pure illusion.
Mon vœux le plus cher au soir de cette journée du 8 mars est que cette journée n’ai pas lieu en 2014, 2015,2016,2017,
2018,20190,ECT;;;, preuve que le monde aurait changé et que nos compagnes y auraient trouvé leur place tout naturellement. CHICHE!
Enfin on a toujours le droit de rêver et comme le chantait si bien Julien CLERC « Femmes je vous aime ».



13/10/2019
3 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 72 autres membres