la lettre de Guy CAILLEAU

VIOLEUR MAIS LIBRE

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Un professeur de l’école maternelle CHATEAUBRIAN à Créteil (Val-de-Marne) a été mis en examen le 21 mars.

 

 

 

 

 

 

 

 

Il est mis en examen pour agressions sexuelles sur mineurs de moins de 15 ans, a-t-on appris ce vendredi. Cet enseignant de moyenne section âgé de 48 ans a reconnu face aux enquêteurs avoir abusé de trois ou quatre fillettes de sa classe au sein même de l’établissement. Il a été suspendu de ses fonctions et placé sous contrôle judiciaire, c’est bien le moins que l’on puisse faire en pareil cas.

Une source judiciaire a confirmé que l'homme, âge de 48 ans, avait été arrêté le 19 mars et qu'une information judicaire avait été ouverte pour agression sexuelle sur mineur de moins de 15 ans par personne ayant autorité.

 

Interrogé par la Brigade des mineurs de Créteil, il aurait reconnu avoir abusé sexuellement de 3 ou 4 enfants entre décembre et mars dernier. Placé sous contrôle judiciaire, il a interdiction d'être en contact avec des enfants. Le rectorat de Créteil a décidé, en concertation avec le ministre, sa suspension immédiate.

 

Une réunion d'information a été organisée vendredi soir pour les parents, a-t-il précisé.  Selon un communiqué du ministre de l'Education nationale, Luc Châtel, les parents des enfants victimes d'agressions présumées seraient reçus par le Recteur d'Académie demain lundi.   Le ministre de l'Education nationale Luc Chatel a demandé au recteur de l'académie de Créteil de recevoir dès lundi les parents des enfants victimes d'agressions sexuelles présumées perpétrées par cet enseignant, pour leur apporter toute l'aide nécessaire qu'ils réclament. 

 

Dans un communiqué, le ministre affirme "avoir entendu la légitime détresse des parents des enfants agressés et leur souhait d'être davantage aidés".
Luc Chatel  se dit "extrêmement attentif aux conséquences de ce drame épouvantable" et, "sans préjuger de la procédure judiciaire en cours, demandera des sanctions académiques exemplaires".

 

C'est un cri de colère contre "le silence coupable" de l'administration : les parents dénoncent "l'inertie" du rectorat et les "effets d'annonce" du ministre de l'Education, Luc Chatel.

 

Une mère dont la fille serait victime souhaite porter plainte contre l'enseignant et le rectorat de Créteil. : 

 

 

 

 

"J'ai porté plainte contre l'enseignant et je compte porter plainte aussi contre le rectorat de Créteil. Je veux que la directrice, toutes les personnes qui sont à la direction d'une école prennent leurs responsabilités", a annoncé la mère.

 

"On m'a juste donné un papier avec le numéro d'un psychologue. On m'a demandé de penser peut être à changer ma fille d'école au cas où il (l'enseignant) devait revenir", s'est-elle insurgée. "Il nous arrive un coup très dur, on est dans la douleur, on est en colère, on a tous les sentiments en même temps et après, il y a un deuxième combat pour qu'on reconnaisse les coupables", a ajouté la mère.

 

"La pire chose qui pouvait arriver après tout ça, c'était qu'il (l'enseignant) ressorte (...) Je ne comprends pas que quelqu'un puisse sortir alors qu'il est accusé de tout ça, que lui-même a avoué", a-t-elle poursuivi.

 

 

On peut en effet se poser des questions sur la méthode suivie par le magistrat instructeur, comment peut on laisser en liberté un individu qui se conduit comme l'enseignant de Créteil avec la fillette et qui à reconnu plusieurs agressions sexuelles.

Pour des faits bien moins graves d'autres seraient déjà en garde à vue et présentés devant un juge d'instruction qui logiquement devrait le mettre en détention provisoire dans l'attente des résultats de l'enquête à venir. Je comprends la surprise de la mère d’une des fillettes qui s’entend conseiller de changer d’école au cas où l’enseignant reviendrait exercer à nouveau dans cette école. Lui se voit placé sous contrôle judiciaire et ne peut pas avoir de contact avec des enfants, comment va-t-il faire ? Rien que de sortir dans la rue l’expose au contact d’enfants, peut être en a-t-il lui-même ? Ce que je ne souhaite pas pour eux.

Il reconnais des abus sexuels entre décembre 2011 et mars dernier sur 3 ou 4 mineurs, je ne pense pas que cela lui soit tombé dessus du jour au lendemain, j’imagine qu’il à du y avoir des signes avant coureur de sa déviance, une nouvelle fois sa hiérarchie n’a pas due être attentive à ses faits et gestes, l’enquête révélera peut être d’autres abus, mais une chose est sure c’est que ce violeur pervers est toujours en liberté alors que d’autres sont incarcérés, encore une fois pour bien moins que cela.

 

Je veux dire aux parents que je suis de tous cœur avec eux dans cette douloureuse épreuve qu’ils traversent avec leurs enfants et reste conforté dans ma conviction que la justice est aveugle et montre plusieurs faces selon que vous soyez anonyme ou connu, riche ou pauvre, coupable ou innocent.

 

 

Il faudra bien enfin qu’on se décide à prendre à bras le corps le dossier justice une bonne fois pour toute.

 

 

Hélas les propos tenus par les différents candidats à l’élection Présidentielle à venir, ne laisse rien présager de bon.

 

 

 

 

 

 

 



02/04/2012
4 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 70 autres membres