la lettre de Guy CAILLEAU

UN MORT POUR RIEN

 

Clément Meric est donc mort des suite de ses blessures. Comment peut on, au 21 éme siècle laisser la violence faire autant de dégâts? L'Amour, la fraternité, le respect des autres, la tolérance sont des mots oubliés de nos jours. De grâce

 

faisons en sorte qu'ils reprennent tout leur sens, cela préservera des vies et nous permettra de vivre en harmonie avec nos semblables.

 

"Jésus a dit: Aimez vous les uns les autres", L'un des dix commandements est: "Tu ne tuera point". Allez dire ça aux excités de la gâchette en Corse et à Marseille, allez faire comprendre aux malades de Syrie, de Palestine ou d'Israël que la vie est un bien précieux qui mérite qu'on la préserve et la respecte. Allez convaincre tout ces aliénés qui disent se battre pour leur foi que c'est l'effet inverse qui se produit à chaque attentat, à chaque crime odieux perpétré sur un enfant ou une femme.

 

Oui je suis un utopiste certainement mais je crois dans les valeurs qui m'ont été inculquées par mes parents et mes enseignants, certes c'était à une époque bénie ou ils ne faisaient pas de politique à l'école. Oui je crois que nous pouvons vivre en paix si nous le voulons et si nous faisons les efforts pour cela. Et tant pis si je suis l'un des derniers à croire en l'avenir, unissons nous pour faire triompher le bon sens face à la bêtise.

 

Votre avis me serait agréable, Merci.



07/06/2013
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 70 autres membres