la lettre de Guy CAILLEAU

UN GRAND RESISSTANT NOUS A QUITTE.

 

 

Raymond AUBRAC est allé rejoindre sa chère Lucie au firmament des grands hommes et femmes qui se sont battu pour nous conserver cette liberté si difficile à garder.

 

J’ai eu le privilège de bien connaître les AUBRACS et j’ai en mémoire le souvenir des déjeuners des « Amitiés de la résistance » donnés dans le salon particulier du Président du Sénat, monsieur Alain PHER, à l’époque.

Raymond était un ami de mon père et je participais, grâce à lui, à ces déjeuners riches en personnalités de tous bords qui avaient luttés tout au long de leur vie pour la génération qui les suivait, j’en étais. Beaucoup d’entre eux sont morts et Raymond était un des derniers à résister encore avec lucidité face à la bêtise, à l’exclusion, à l’injustice. Pour moi Raymond AUBRAC incarnait la droiture et la fidélité, fidélité à Jean MOULIN, malgré les déclarations malfaisante de l’avocat VERGES, au moment du procès Barby, je sais qu’il a gardé à jamais gravé dans sa mémoire le visage de son ami.

Il avait fait sienne la devise des « Amitiés de la Résistance » qui est la suivante : »On oubli ce qui nous divise pour nous rappeler ce qui nous a uni ». Si seulement nos « politicards » s »en inspiraient la France aurait toute les chances d’aller mieux.

 

Mais l’heure n’est pas à la polémique aujourd’hui, je voulais, à ma manière, rendre hommage à ce grand résistant qui aura marque ma vie par sa gentillesse et sa soif de transmettre pour que ne se reproduisent pas les atrocités de la deuxième  guerre mondiale, et me souvenir une nouvelle fois de ses instant privilégiés partagés avec mon père qui portait le même prénom que cet homme qui nous quitte en laissant une trace indélébile dans nos mémoires.

   

LE VAL LE 12 AVRIL 2012



12/04/2012
1 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 70 autres membres