la lettre de Guy CAILLEAU

MAUVAIS AVOCATS

ATTENTION AUX MEFAITS DE CERTAINS AVOCATS

 

Si un grand nombre d’avocats font leur travail avec sérieux et compétences, cherchant à faire éclater la vérité dans l’intérêt de leur clients, il existe une catégorie d’autres qui ne recherchent que le profit sans jamais effectuer la moindre démarche ou préparation de leur dossier ou alors un minimum afin de justifier des prix exorbitants pratiqués.

Pour ma part j’ai eu, hélas, plus souvent affaire à la deuxième catégorie et je vais ici vous révéler ces manquements graves aux règles de déontologie qui régissent leur « ordre ».

En cas de défaillance ou de contestation d’honoraires il est d’usage de saisir le Bâtonnier dont dépends l’avocat déficient ; sachez que dans la majorité des cas c’est en pure perte car le Bâtonnier n’a aucun pouvoir autre que de traduire son « confrère » devant les instances disciplinaires, ce qu’il ne fait qu’après bien des atermoiements souvent contraint et forcé.

Dans mon dossier ils ont été un grand nombre à se succéder sans jamais faire leur travail correctement.

Détaillons les faits, et qu’ils soient rassurés je détiens les preuves de ce que je vais écrire ici.

 

Christine C. avocate au barreau d’AIX EN PROVENCE : Cette « professionnelle » en charge du dossier depuis deux ans n’est jamais intervenue comme je le lui avais demandé auprès du Procureur de DRAGUIGNAN, après mon audition deux ans avant le jugement, au prétexte que je n’étais pas mis en examen.

Après une énième rencontre elle me confirme sa présence à l’audience, puis se rétracte par mail et sollicite le report 96 heures avant l’audience au motif qu’elle n’avait pas de carburant et qu’elle n’avait toujours pas reçu le dossier d’instruction.

Plus tard elle écrira à son Bâtonnier qu’elle avait bien reçu le dossier mais qu’elle n’était pas allée au tribunal  car elle n’était pas payée.

Faux encore une fois, réglée dans tous les dossiers qu’elle traitait pour moi, nous avions pour ce dossier un accord de règlement mensuel.

Ce n’est pas son seul mensonge, une plainte étant en cours je n’en dirais pas plus vous le comprendrez bien, mais rassurez vous vous serez informé de la suite donnée à ce dossier.

 

Didier C. avocat au parquet de DRAGUIGNAN : Contacté dans l’urgence après la défection de l’avocate précédente, à notre première rencontre il se conduit comme un procureur, je suis persuadé d’être condamné si je me présente devant la cour d’appel avec lui. Il engagera des « tractations » avec le procureur de DRAGUIGNAN, puis avec le procureur général d’AIX EN PROVENCE et m’annoncera fièrement avoir obtenu que le mandat d’arrêt qui me concerne ne soit pas diffusé, et il me l’écrit manuellement sur une feuille volante.

48 heures après le parquet fera parvenir à la gendarmerie de BRIGNOLES ce fameux mandat à trois reprises relayé par deux communications téléphonique au fonctionnaire en charge de son exécution. (Cout de l’opération : 1800€).

 

Eric W. avocat au barreau de MARSEILLE et aux USA : Un « ami » ! Rencontre pour un « brain storming » 2 heures, ayant eut en ligne l’adjudant de gendarmerie qui venait me notifier mon mandat d’arrêt il faisait preuve d’une parfaite méconnaissance de la procédure française et le fonctionnaire me conseillait de changer rapidement d’avocat. Bon début.

Nous établissons une convention d’honoraires avec facilités de paiement et il me demandera quelques jours plus tard si je l’emmène moi-même à DRAGUIGNAN ou s’il doit louer une voiture ce qui augmenterait la note. Cout 850€ pour rien.

 

Dominique M. ancien Bâtonnier de Marseille : Rencontre sur les conseils de maître DUPONT-MORETTI avec cet avocat un soir tard deux jours avant mon incarcération. Il m’indique que la Loi m’oblige à me présenter volontairement et que cela devrait prendre quelques jours pour obtenir ma mise en libération conditionnelle en attente de mon jugement en appel. Je suis confiant. Je devais le regretter amèrement, en effet transféré de DRAGUIGNAN à NICE en raison des inondations de juin 2009, j’ai été présenté au tribunal d’appel deux mois après jours pour jours (qui parle des lenteurs de le justice ?) pour être jugé sur le fond et non pour une demande de libération, Je n’avais pas vu mon avocat qui ne s’est jamais déplace et plus grave il ne disposait d’aucune pièces justificatrice qui aurait pu lui permettre de prouver mon innocence ; Je n’ai pas été en mesure de le rencontrer à mon arrivée au palais de justice , ni avant, ni après d’ailleurs. Mais ma plus grande surprise fut de voir que cet avocat s’était fait remplacé par une collaboratrice (sa sœur semble t il)

De même qu’au moment du verdict rendu un mois plus tard c’est toujours cette femme qui était présente. Une fois l’affaire terminé j'ai enfin pu la rencontrer brièvement et lui demandais de prévenir immédiatement mon épouse de ce jugement inique confirmé contre moi malgré six mois de sursit. Il était 10 heures du matin, mon épouse attendra toute la journée son appel et elle dira à mon fils Matthieu qui l’avait jointe à 19 heures qu’elle était lâche et n’avait pas osé annoncer le verdict à mon épouse ; Celle-ci fera un malaise cardiaque aussitôt après:  MERCI maître.

C’est vrai que se n’est pas ce cabinet qui m’aura couté cher, mais pour ce qu’il a fait c’est encore bien payé. Cout 598€.

 

 

_________________________________________________________________________________

 

Philippe MASS  avocat au barreau de TOULON :

 

 

 

 

 

Celui là reste pour la bonne bouche, son cas est également devant son Bâtonnier et plainte est en passe d’être déposé contre lui pour escroquerie, abus de confiance, et rétention de dossier.

Ce brave avocat est venu me voir à NICE sans connaître le dossier qu’il n’avait pas ce jour là, mon épouse qui ne l’a jamais rencontré, a versé une somme de 1800€ environ à son cabinet.

Après m’avoir fait attendre au parloir avocats pendant 45 minutes il est arrivé, très affairé et assez lointain.

A sa sortie j’écrivais à mon épouse que je ne voulais pas de lui, mais je lui avais remis la notification de l’abandon de ma cassation pour obtenir une mise en libération conditionnelle, (Oui c’est du chantage mais je n’avais pas le choix mon épouse étant très mal en point), pour lui remettre afin de l’adresser au Ministère de la Justice pour ma demande de grâce en cours, au lieu de s’exécuter ce brave avocat me la renvoyait dans la semaine en laissant croire qu’il venait de l’obtenir de la cours de cassation . Encore un menteur. Il continuera à soutenir de telles ineptie car depuis je lui ai réclamé un trop perçu de 1280€, 500€ me semblant assez cher payé pour un déplacement inutile.

Le dossier de cet individu est en cours auprès du Bâtonnier en remboursement et une procédure civile sera activée dès que la décision du Bâtonniers sera connue.

 

 

Nous connaissons maintenant la réponse du bâtonnier de TOULON concernant maître MASS  puisqu'il faut bien appeller un chat un chat, très logiquement il soutient son "confrère" comme c'est le cas dans la pluspart des affaires d'honoraires. Voici ma réplique immédiate:

 

 

Mr Guy CAILLEAU                             Le Val le 19 janvier 2011            
248 chemin de Paracol
Quartier Bellevue                           Monsieur le Premier Président de la Cour
83143 LE VAL                                 dAppel .     
                                                                    Palais de Justice, Place de Verdun   
                                                                    13100-AIX EN PROVENCE


réclamation C/Maître Michel MAS
Et décision d’arbitrage du Bâtonnier de TOULON
LETTRE RECOMMANDEE AR

Monsieur le Premier Président,

J’ai l’honneur de vous saisir en application du décret N°91/1197 du 27 novembre 1991 article 176, relatif aux décisions des bâtonnier en matière de contestation d’honoraires.
En effet monsieur Régis DURAND, Bâtonnier de l’ordre des avocats de TOULON 83, a été saisi par mes soins dans le respect des règles fixées par la loi le 17 juin 2011, non pas d’un e contestation d’honoraires mais pour une demande de remboursement qui n’avait pas aboutie auprès de maître MASS Michel , 6 rue Picot à TOULON.

 Après 10 mois et 22 jours d’incarcération à tord, en raison de l’incurie de Maître CASABIANCA Christine contre laquelle j’ai engagé sa responsabilité professionnelle.
Maître MAS , sollicité par mon épouse  pour m’assister alors que je venais d’être transféré à NICE suite aux inondation de juin 201, compte tenu du peu d’intérêt qu’il a apporté à nos demandes et devant l’impossibilité  de rencontrer mon épouse afin de connaître le dossier , nous avons décidé de ne pas poursuivre plus loin notre « collaboration et lui avons demandé de bien vouloir restituer un trop perçu de 1270 euro et de nous adresser le dossier.
J’ai depuis ma sortie pris contact par courrier AR et par téléphone à deux reprises, il semble que ce monsieur fasse la sourde oreille en ne répondant pas à mes lettres et appels.
Après un échange de courrier important pour une demande somme toute facile à satisfaire, avec le Bâtonnier de l’ordre, et une ordonnance de prolongation rendue le 10 octobre 2011, il rendait en date du 16 décembre 2011, postée le 26 décembre 2011 et remise par la poste le 27 du même mois, une ordonnance me déboutant de ma demande initiale, plus grave en faisant droit à la demande d’honoraires supplémentaires que maître MASS ose réclamer alors qu’il n’a , à aucun moment, honoré un moindre travail, exception faite d’un unique déplacement et d’une visite de 20 minutes à NICE.
Dans les explications que Maître MASS adresse à son bâtonnier le 25 octobre 2011 maître MAS, une nouvelle fois n’hésite pas à  mentir de la façon la plus effrontée en justifiant une augmentation soudaine de ses tarifs alors qu’il s’agit d’une demande de remboursement de trop perçu pour un travail qu‘il n‘a pas effectué.
En droit pur il est bien question d’une tentative d’Escroquerie que je ne laisserai pas passer compte tenu de son attitude.
Je reviendrai ci-dessous sur les allégations mensongères qu’il utilise, mais voudrais faire un bref point sur ses demandes supplémentaires exorbitantes et malhonnêtes.
II  a l’outrecuidance de vous écrire que c’est grâce à son insistance que cette transcription a été réalisée, il n’en est rien vous en conviendrez.
 
Je constate que maître MAS, une nouvelle fois n’hésite pas à   mentir de la façon la plus effrontée en justifiant une augmentation soudaine de ses tarifs alors qu’il s’agit d’une demande de remboursement de trop perçu pour un travail qu‘il n‘a pas effectué. En droit pur il est bien question d’une tentative d’Escroquerie que je ne laisserai pas passer compte tenu de son attitude.
Je reviendrai ci-dessous sur les allégations mensongères qu’il utilise, mais voudrais faire un bref point sur ses demandes supplémentaires exorbitantes et malhonnêtes.
Si je comprends bien son calcul il demande maintenant un supplément de 717.60€ TTC . En faisant le point sur le temps qu’il aurait passé sur ce dossier qu’il n’a jamais traité, cela fait: 7heures soit 2100:7= 300€ de l’heure. Tarif justifié par le bâtonnier Régis DURAND.
Maître MAS se justifie en affirmant avoir fait le nécessaire auprès de la cour de cassation pour obtenir copie de mon désistement effectué par mes soins en date du 5 juillet 2010, bien avant ma triste rencontre inutile avec  cet avocat.
C’est le 20 octobre 2010 que le Président LOUVEL a pris une ordonnance de désistement, comme vous le confirmera la lettre de maître Louis BALIGNE avocat au barreau de Paris qui avait bien voulu intercéder en ma faveur et m’informait le 1 décembre 2010, j’avais pour ma part reçu notification officielle le 22 novembre 2010; Maître MAS n’est en rien à l’origine de ma demande.
Concernant la transmission du dossier pénal il est vrai que maître MATTEI Bâtonnier de Marseille à l’époque lui a bien transmis  comme il me l’écrit le 9 juin 2011, dossier que nous avions payé au greffe pour une somme de 125€, comment maître MASS peut il affirmer que le bâtonnier l’aurait reçu de maître CASABIANCA, avocat en charge du dossier à l’origine qui ne l’a jamais eu en mains, c’est d’ailleurs l’objet du départ des difficultés rencontrées tout au long de cette affaire.
Si  maître MASS avait regardé le dossier d’un peu plus près il n’aurait pas osé écrire de telles inepties. Il écrit également le 25 octobre 2011, dans sa lettre à son bâtonnier : « Que malgré ses demandes, il n’a pas reçu les documents lui permettant de présenter une requête en aménagement de peine, ». Il ne pouvait être question de transmettre quoi que se soit à maître MASS en raison du fait qu’il n’a été en tout en pour tout chargé de me représenter que du 14 au 21 octobre 2011 soit 6 jours.
II  a l’outrecuidance d’écrire que c’est grâce à son insistance que cette transcription a été réalisée, il n’en est rien vous en conviendrez.
Par ailleurs il écrit dans son courrier du 25 octobre dernier qu’il n’entend pas me remettre mon dossier et les documents qui l’accompagnent, ceci est une violation des  règles de déontologie de la profession et m’est préjudiciable au premier chef. En effet n’ayant pas les moyens financiers, du fait de la rétention au quelle se livre maître MAS, de prendre les services d’un autre avocat, je suis bien décidé à poursuivre mon action seul, l’absence des pièces qui doivent me permettre de solliciter la révision de mon jugement en raison de fait nouveaux et avérés, ne me permet pas de mettre toutes les chances de mon coté, aussi je vous indique que parallèlement à l’action entreprise auprès de vous, j’engagerais dès connaissance de votre décision la responsabilité professionnelle de maître MASS pour rétention de dossier et mauvais conseils prodigués.
J’attends votre décision pour engager  cette action, pour le reste des allégations de maître MAS, je vous ai apporté les preuves qu’il n’a jamais effectué la moindre action en ma faveur; Dans le cas contraire il devra en justifier en produisant les factures téléphoniques, tickets d’autoroute, lettres envoyés etc.…
Voici monsieur le Premier Président ce que je pouvais vous dire sur cette affaire qui n’a que trop durée et qui m’empêche de faire laver mon honneur et poursuivre les véritables responsables de mon emprisonnement.
Enfin maître MASS écrit que ce serait moi qui l’aurais désigné comme avocat, il n’en est rien et la lecture du document du SPIP de NICE signé par monsieur PEIGNE, travailleur social, en date du 10 09 2010 en atteste.
C’est pourquoi je sollicite  votre arbitrage dans ce dossier en mettant en demeure maître MASS d’avoir à me restituer la somme de 1280€ correspondant à la différence entre la somme reçue initialement et le montant que nous avons toujours considéré venir en règlement de son déplacement inutile à NICE.
Je vous adresse les documents justificatifs de ce dossier et reste à votre entière disposition pour tout renseignements complémentaires que vous souhaiteriez obtenir de ma part.
Vous voudrez bien mettre maître MASS en demeure d’avoir à me restituer mon dossier sans délais avec astreinte journalière de 50€ et le condamnerez à une somme de 500 euro au titre du préjudice qu’il me fait courir en procédant à une rétention de dossier.

Et vous ferez justice

 

 

POURQUOI CETTE SITUATION EXISTE T'ELLE?

 

 

La réponse est dans "VAR MAG" de Mars 2012

 

Après Régis DURAND, voici Michel MAS qui devient Bâtonnier de l’ordre des avocats de TOULON, ceci explique cela.

Je suis revenu en quelques mots sur le différent qui m’oppose à cet avocat chargé depuis peu de trancher les litiges de ses confrères.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Mr Guy CAILLEAU                             Le Val le 6 JUIN  2011           

248 chemin de Paracol

Quartier Bellevue                           Monsieur le Bâtonnier de l’ordre 

83143 LE VAL                                des avocats  de TOULON Regis DURAND

                                                                              PLACE Gabriel PERY PB508

                                                                               83041 CEDEX 09          

 

 

réclamation C/Maître Michel MAS

LETTRE RECOMMANDEE AR

 

Monsieur le Bâtonnier,

 

 

 

Je viens d’être mis en liberté, après 10 mois et 22 jours d’incarcération à tord, en raison de l’incurie de Maître CASABIANCA Christine contre laquelle j’ai engagé sa responsabilité professionnelle.

Maître MAS , sollicité par mon épouse  pour m’assister alors que je venais d’être transféré à NICE suite aux inondation de juin 2010 compte tenu du peu d’intérêt qu’il a apporté à nos demandes et devant l’impossibilité  de rencontrer mon épouse afin de connaître le dossier , nous avons décidé de ne pas poursuivre plus loin notre « collaboration et lui avons demandé de bien vouloir restituer un trop perçu de 1270 euro et de nous adresser le dossier.

J’ai depuis ma sortie pris contact par courrier AR et par téléphone à deux reprises, il semble que ce monsieur fasse la sourde oreille, peut être pense t-il que son appartenance à votre assemblée lui permette de faire ce qui lui semble.

Nous avons de faibles revenus et la mauvaise volonté que met maître MASA a rendre ce qui ne lui est pas du nous plonge dans des difficultés supplémentaires c’est pourquoi je m’adresse à vous afin d’obtenir justice en vous demandant de bien vouloir

Intimer à votre confrère d’avoir à nous restituer la somme en litige , la facture correspondante à la partie encaissé et le dossier  pénal.

Je vous adresse les justificatifs des courriers échangés.

Je reste dans l’attente de vous lire et vous souhaite bonne réception de la présente en vous adressant mes sentiments sincères et courtois.

 

________________________________________________________________________

 

Mr Guy CAILLEAU                             Le Val le 14 décembre 2011           

248 chemin de Paracol

Quartier Bellevue                           Monsieur le Bâtonnier de l’ordre 

83143 LE VAL                                       des avocats  de TOULON

                                                                               Régis DURAND

                                                                       PLACE Gabriel PERY PB508

                                                                               83041 CEDEX 09          

 

 

 

réclamation C/Maître Michel MAS

LETTRE RECOMMANDEE AR

 

Monsieur le Bâtonnier,

 

 

Je prends connaissance de la lettre de maître MAS datée du 25 octobre dernier et vous adresse mes commentaires relatifs aux écrits de cet avocat.

Je constate que maître MAS, une nouvelle fois n’hésite pas à vous mentir de la façon la plus effrontée en justifiant une augmentation soudaine de ses tarifs alors qu’il s’agit d’une demande de remboursement de trop perçu pour un travail qu‘il n‘a pas effectué. En droit pur il est bien question d’une tentative d’Escroquerie que je ne laisserai pas passer compte tenu de son attitude.

Je reviendrai ci-dessous sur les allégations mensongères qu’il utilise, mais voudrais faire un bref point sur ses demandes supplémentaires exorbitantes et malhonnêtes.

Si je comprends bien son calcul il demande maintenant un supplément de 182€ le tout HT. En faisant le point sur le temps qu’il aurait passé sur ce dossier qu’il n’a jamais traité, cela fait: 7heures soit 2100:7= 300€ de l’heure.

Maître MAS se justifie en affirmant avoir fait le nécessaire auprès de la cour de cassation pour obtenir copie de mon désistement effectué par mes soins en date du 5 juillet 2010, bien avant ma triste rencontre inutile avec  cet avocat.

C’est le 20 octobre 2010 que le Président LOUVEL a pris une ordonnance de désistement, comme vous le confirmera la lettre de maître Louis BALIGNE avocat au barreau de Paris qui avait bien voulu intercéder en ma faveur et m’informait le 1 décembre 2010, j’avais pour ma part reçu notification officielle le 22 novembre 2010; Maître MAS n’est en rien à l’origine de ma demande.

Concernant la transmission du dossier pénal il est vrai que maître MATTEI Bâtonnier de Marseille à l’époque lui a bien transmis  comme il me l’écrit le 9 juin 2011, dossier que nous avions payé au greffe pour une somme de 125€, comment maître MAS peut il affirmer que le bâtonnier l’aurait reçu de maître CASABIANCA, avocat en charge du dossier à l’origine qui ne l’a jamais eu en mains, c’est d’ailleurs l’objet du départ des difficultés rencontrées tout au long de cette affaire.

Si votre confrère avait regardé le dossier d’un peu plus près il n’aurait pas osé écrire de telles inepties.

II  a l’outrecuidance de vous écrire que c’est grâce à son insistance que cette transcription a été réalisée, il n’en est rien vous en conviendrez.

Par ailleurs il écrit dans son courrier du 25 octobre dernier qu’il n’entend pas me remettre mon dossier et les documents qui l’accompagnent, ceci est une violation de vos règles de déontologie et m’est préjudiciable au premier chef. En effet n’ayant pas les moyens financiers, du fait de la rétention au quelle se livre maître MAS, de prendre les services d’un autre avocat, je suis bien décidé à poursuivre mon action seul, l’absence des pièces qui doivent me permettre de solliciter la révision de mon jugement en raison de fait nouveaux et avérés, ne me permet pas de mettre toutes les chances de mon coté, aussi je vous indique que parallèlement à l’action entreprise auprès de vous, je saisis la juridiction pénale pour rétention de dossier et mauvais conseils prodigués.

J’attends votre décision pour engager  cette action, pour le reste des allégations de maître MAS je vous ai apporté les preuves qu’il n’a jamais effectué la moindre action en ma faveur; Dans le cas contraire il devra en justifier en produisant les factures téléphoniques, tickets d’autoroute, lettres envoyés ect…

Voici monsieur le bâtonnier ce que je pouvais vous dire sur cette affaire qui n’a que trop durée et qui m’empêche de faire laver mon honneur et poursuivre les véritables responsables de mon emprisonnement.

Je vous souhaite bonne réception de la présente et dans l’attente de votre décision, croyez monsieur le Bâtonnier en mes sentiments sincères et courtois.

 

___________________________________________________________________________

 

 

Michel MASS est extrêmement bien placé pour cela lui qui encaisse abusivement des sommes d’argent sans pour autant effectuer le travail pour lequel il à été payé, lui qui n’hésite pas à mentir outrageusement à son bâtonnier, auquel il savait qu’il devait succéder, c’est peut être pour cela qu’il se sentait soutenu, et pour être soutenu il l’a bien été puisque le bâtonnier DURAND, sans doute pour préserver son avenir, lui a donné raison au mépris de la logique.

 Maître MASS est donc devenu bâtonnier et dans la revue « Var Mag » du mois de mars 2012 il n’a pas moins d’une page pour présenter le nouveau visage de celui qui doit « arbitrer » ses collègues en cas de dérapages.  Nul doute qu'ils vont être bien déffendus avec un tel champion du droit.


_________________________________________________________________________________


 

 

Voici quelques exemples, rien que pour un seul dossier, de ce que peuvent faire certains avocats  plus avide de gains que de défendre leurs clients, vous avez déjà vu de quoi était capable mon ami Gilbert C. avocat au barreau de MARSEILLE, mais il y en a hélas beaucoup d’autres contre lesquels les clients n’osent pas réclamer leur du.

N’hésitez pas à nous signaler les mauvais nous leur ferons la publicité qu’il convient.

 

De tel personnages nuisent à la bonne renommée de cette catégorie de professionnels qui, je l'ai écris au début de cet article, font leur travail  pour la plus part, avec sérieux et compétences.

 

 

18 décembre 2011

 

 

______________________________________________________________________________________________________

*******************************************************************************************

 

Un nouveau commentaire vient d'être posté.
L'auteur est APTEL, voici son commentaire :

Cadre commercial automobile, après un licenciement sans raison valable par mon ex employeur, le Conseil des Prud hommes de Lyon et la Cour d'Appel l'ont condamné à me verser lpus de 90.000 euros ( 22 ans d'ancienneté) - Mon avocat - Maître HARTEMANN CHRISTOPHE - Barreau de LYON - a négligé la réception d'un envoi recommandé de l' avocat de la partie adverse contenant un chèque de plus de 48.000 euros - ce dernier évoquant '' les errements répétes de Maitre HARTEMANN - ceci a nécessité une nouvelle intervention de l'Huissier chargé du recouvrement , des frais supplémentaires et du retard.De plus, Maître HARTEMANN a reçu en juillet, aout et septembre 2011 - trois chèques d'un montant de 3.000 euros chacun - soit 9.000 euros versées par mon ex employeur. Il n'a confirmé n'avoir reçu qu'un seul réglement, malgré les justificatifs que nous fournit l'Avocat adverse.Malgré mes multiples demandes d'explication et ma demande de faire établir par CARPA un chèque de 9.000 euros à mon ordre, Maître HARTEMANN ne répond pas.En quelques années, il a changé 3 fois d'adresses : rue de la République - puis cour de Verdun à LYON et pricipalement Rue Géneral de Gaulle à Brignais. Il ne répond pratiquement jamais au SMS et aux postaux. De plus, en septembre 2010, il m'incitait fortement, malgré mes doutes quant à la finalité de l'action - a déposé plainte envers mon ex employeur pour atteinte à la vie privée. Il me disait même par mail en avoir discuté avec le Procureur et qu'il voulait plaider ce dossier AU PLUS VITE.Pour cela, il m'a demandé de régler immédiatement ses honoraires, à savoir environ 2.150 eurosMalgré mes divers rappels, il ne m'a jamais communiqué ses conclusions et aucune plainte n'a été déposée début 2012.Par courrier recommandé, je lui ai fait connaître ma décision de n'engager aucune autre action et de rembourser les honoraires qu'il a perçu d'avance. Aucune réponse de sa part.Fin février, j'ai averti le Bâtonnier de l'Ordre des Avocats de LYON en lui fournissant ses justificatifs.Ce dernier m' a répondu quelques jours après qu'il se raprocherait de Maître HARTEMANN pour avoir son avis.Actuellement, je n'ai aucune réponse du Bâtonnier.J'envisage une action judiciaire envers mon ex Défenseur.

__________________________________________________________________________________________

 



18/12/2011
12 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 70 autres membres