la lettre de Guy CAILLEAU

LETTRE A FRAN9OIS FILLON

Le 26 Juillet 2013

Monsieur François FILLON

Ancien Premier ministre

Président de   FRANCE REPUBLICAINE

 

Cher François FILLON

 

Tu viens de poster sur facebook  , via ton mouvement associatif , « France Républicaine », le texte que je reproduis ci-dessous et auquel j’adhère pleinement. Tu connais mon attachement au bien être de nos concitoyens, j’ai été fier d’être ton collaborateur au moment ou tu présidais aux destinées de notre beau département de la Sarthe etcontinue  à l’être devant ton engagement.

 

J’ai pensé que ta nomination au poste de premier ministre allait permettre à notre pays de trouver une nouvelle voie, mais le résultat à été que le Président SARKOZY ne laissait pas de place à ses collaborateurs. Alors il est arrivé ce qui était écrit.

Tu as déclaré:

 

« Le temps de l’opposition, c’est le temps de la réflexion et des propositions. L’heure n’est pas encore au programme de gouvernement, mais notre devoir est, dès maintenant, de débattre avec nos concitoyens et d’avancer des idées pour relancer la France. Depuis un an, je multiplie les déplacements de terrain pour écouter, m’enrichir des expériences, répondre aux critiques et aux attentes. Je développe mes convictions et mes propositions. Je vous invite à me donner votre avis sur quelques unes d'entre elles. Réagissez, proposez, innovez : voilà le message que je vous lance avec amitié et confiance en souhaitant à chacune et chacun un bon été ! »

 

Je vais donc au nom de l’UDAP, ce nom ne te surprendra pas et te rappellera immanquablement l’action menée avec notre ami Jean Michel PINTA et que tu avais bien voulu parrainer à l’époque, je vais donc te soumettre une analyse de la situation et des propositions concrètes pour l‘avenir de notre pays.

 

Il y aura plus d‘un an, la France portait à sa tête François HOLLANDE. Certes cette drôle d’élection  ne désignait pas obligatoirement un homme pour sa valeur ou son action politique mais se voulait surtout un rejet de celui qui partait après cinq années ou rien ne lui avait été épargnée. La belle Marianne avait été cocufiée par  son ancien courtisant et espérait que le nouveau serait fidèle à ses engagements pré-nuptiaux. C’était sans compter sur la personnalité du suivant qui n’avait jamais voulu se lier par un acte officiel avec aucunes des ses concubines.

 

Après les désillusions du quinquennat passé elle pouvait penser, et avec elle bon nombre de Français, que les choses allaient s’améliorer, elle commença vite à déchanter en voyant les premières mesures prisent par le corrézien de l’Élisée.

Elle regardait en direction des retraités bien maltraités par l’Hyper Président précédent et constatait qu’après les promesses vient le temps des regrets comme disait si bien le poète. Au lieu d’apporter une amélioration aux retraites versées par l’État et cotisées par les travailleurs, il allait tout bonnement augmenter les prélèvements en tapant dans la poche de cette catégorie en particulier, laissant au passage les œuvres d’art si chère à Laurent FABIUS (merci papa) excluent de l’ISF.

 

Dans l’indifférence la plus totale les grands patrons licencient à tour de bras en se payant même le luxe d’écrire au chef de l’État pour lui poser des ultimatums  , les entreprises qui était notre fleuron se délocalisent  par dizaines ou centaines pour trouver une main d’œuvre moins chère et plus malléable, l’Allemagne continue de nous donner des leçons, le Qatar rachète le PSG et gagne ses matchs, la BAC de Marseille est dissoute pour corruption active, le N° deux de la PJ de Lyon sort de prison en attendant son jugement et Kerviel est condamné à trois ans de prison ferme et une amende astronomique pour avoir fait ce qu’on attendait de lui. Je pourrais citer bien d’autres exemples mais à quoi bon vous les connaissez et vivez au quotidien cette interminable descente aux enfers que subissent tous les citoyens de notre pays à l’exception comme le disaient en 1789, des deux cents familles, ou plus.

Pendant ce temps là que font les journalistes radio, presse écrite et télévision  ? Ils dissertent ….

 

Et sur quoi dissertent ils  ? Je vous le donne en mille, sur le nœuds de cravate de François HOLLANDE! De quel coté est il  ? Qui le lui fait  ? Doit il porter une cravate ou un nœuds papillon  ?

 

Avant cela on avait eut l’épisode de la tenue de Cécile DUFLOT sifflée telle une vulgaire prostituée par certains députés plus intelligents que d’autres.

L ’Hémicycle est toujours aussi vide sauf le mercredi, télévision oblige, les journalistes dissertent, ils font des émissions «  cul-culturelles  » en se posant mille questions existentielles sur le mode de reproduction des fourmis ou sur la capacité d’attraper les mouches au vol. Au Vol oui c’est bien le cas, vol de la démocratie, détournement de fonds, de fonds de tiroirs vidés par les uns et que ne savent pas remplir les autres. La majorité actuelle navigue à vue sans vouloir appliquer le fameux programme de son candidat devenu champion, exception faites de Manuel WALS qui avance sans s’occuper de ce qui se passe ailleurs que dans son ministère, en voilà au moins un qui bosse.

Pendant ce temps là, l’opposition de droite, gênée au entournures par la percée du FN, fait ses minis primaires avant l’heure et s’oppose en interne, COPE contre FILLION ou inversement, chacun compte ses partisans et amis en jurant que rien ne les sépare, sauf le style. Certains militants avec une larme dans l’œil regrettent toujours la défection du nain de Neuilly, (au secours il pourrait revenir  !), et je divague à mon tour sur un constat d’échec pour la France.

 

Et pourquoi se prendre la tête, depuis longtemps nous savons que le pouvoir n’est plus à PARIS , LONDRE,   MADRID ou toutes autre capitale européenne, le pouvoir, le vrai celui du fric et des décideurs se trouve ailleurs, même si la vérité est nul part et nous pourrons gesticuler, faire des manifs, changer systématiquement nos dirigeants, rien n’y fera, il fallait rester Français et ne pas se mettre sous le dictack des technocrates de BRUXELLE.

 

Il fallait y penser avant, nous sommes passés à coté du sujet en fabricant une Europe à plusieurs vitesses au lieu de la fédérer avec une seule gouvernance. J’ai une pensée émue pour Philippe SEGUIN qui s’était battu longuement et avait échoué de peu au moment du référendum sur MAASTRICH  . On ne refait pas l’histoire on l’assume.                              

 

 

Benoit APPARU, Ancien Ministre du logement de Nicolas Sarkozy disait le 1 juin 2013 sur twitter: Un nouveau courant pour l'UMP la droite morte.

 

Initialement baptisée: Union pour la majorité Présidentielle au service exclusif de Jacques CHIRAC, le parti devient au bout de quelques années celui de Nicolas Sarkozy qui lui succédera. Le parti gardera les mêmes initiales mais deviendra: l’union pour un mouvement populaire.

 

Après la défaite de son candidat à la présidentielle N. Sarkozy, en mai 2012, l'UMP organise le renouvellement de sa direction, ce qui aboutit à la première crise majeure du mouvement. La seconde surgira des primaires pour les municipales de 2014.

Un an après l’élection de François Hollande à la tête de l’Etat, l’UMP tout au moins ses dirigeants ne semble pas avoir compris les engagements qu’elles devraient tenir et préfèrent, au lieu de travailler aux propositions concrètes qu’attendent les français, se diviser tous les jours un peu plus.

 

Ce parti issu du RPR, crée déjà par Jacques Chirac, pour accéder au pouvoir suprême continue de fonctionner comme une organisation sectaire qui ne donne la parole à ses militants que lorsque les décisions sont déjà prisent. Je le sais puisque j’ai é »té assez longtemps militant du RPR et nous savons tous les deux comment Jacques CHIRAC et ses proches menaient le mouvement pour en avoir fait les frais personnellement.

Le conseil National a toujours été une chambre d’enregistrement. Les deux tentatives de semblant de démocratie effectuées avec les élections pour la présidence du parti et les primaires parisiennes montrent bien les limites de la démocratie interne.

 

Au sein même de l’organisation politique des voix se font entendre de plus en plus fort mais les vieilles «  bardes  » du mouvement font comme si de rien n’était. Nul doute que la droite traditionnelle n’est pas prête pour reprendre les rênes du pays.

Devant ce triste tableau force est de constater que:

 

L'UMP change de nom, elle devient: L'Union des Mauvais Perdants.

 

Oui, il faut moraliser la vie politique en France, c’est depuis l’affaire CAHUZAC le leitmotiv qui fait l’unanimité dans le microcosme national cher à Raymond Barre.

Moraliser bien sur mais comment  ? Et c’est la que les opinions divergent,   certains prônent la transparence totale, d’autres encore jaloux de leurs petites   prérogatives, veulent absolument qu’une telle transparence s’applique, mais aux autres.  

L’actuel chef de l’état vient de prendre des initiatives en ce sens, elles ne font pas bien l’affaire de tous, si la publication du patrimoine des élus pourrait passer, à l’exception de député opportuniste tel que le triste Henri Gaino, d’autres sont franchement hostile au nom cumul du mandât d’élu avec une activité professionnel comme l’inénarrable Gilbert Collard que cette mesure fait «  chier  » dit-il devant les caméras de télévision. A noter que Gaino et Collard semblent très amis à en juger par leur franches poignées de main échangées en public. Cela ne peut me surprendre tant leur discours est similaire et aussi outrancier.

J’entends ca et là des voies s’élever pour demander la démission du gouvernement, un remaniement au moins, la démission du Premier Ministre et pourquoi pas celle du Président de la République. J’entends aussi de la part des mêmes dire qu’il est inconcevable que qu’un parti politique détienne à lui seul tous les pouvoirs niant ainsi la volonté du peuple français qui s’est exprimé dans les urnes, la droite à la mémoire courte, il n’y a pas si longtemps que c’était elle qui avait tous ces pouvoir elle les a perdu coup sur coup à cause de sa mauvaise gestion des affaires, même si la gauche prend le même chemin les institutions sont ainsi faites il faudra patienter encore 4 ans pour changer en profondeur les choses. Je ne suis pas convaincu aujourd’hui que la relève soit prêtes à prendre en mains les rênes de l’état plus occupé que sont les protagonistes de tous bord à se déchirer pour obtenir des postes de prestige et surtout très lucratifs.

La classe politique s’est discréditée depuis plusieurs années elle à trahie les citoyens que nous somme et permise aux partis des extrêmes de connaitre un essor fulgurant. Nul doute que la prochaine campagne verra l’émergence d’élus du front de gauche et du front national. Peut faut il en passer par là pour assainir une fois pour toute le climat néfaste qui s’est instauré dans notre pays. Même si ce n’est pas ma tasse de thé, c’est une éventualité que nous ne pouvons négliger.

Il faut à la France un gouvernement d’union nationale, composé d’hommes et de femmes neufs, qui sachent aborder avec lucidité les difficultés auxquelles nous sommes confrontés par la faute du pouvoir occulte de la finance, oui il faut contrôler les banques, il faut interdire aux élus de cumuler les fonctions, mais il faut également les protéger quand ils ne sont pas reconduit dans leur mandat, même si le fait de n’être pas réélu est la conséquence de leur mauvais travail. Ceux qui font avec sérieux leur métier, car il faut bien appeler un chat un chat c’est un vrai métier, doivent pouvoir bénéficier d’une période d’au moins six mois pour se relancer dans le privé.

Il faut , et c’est une priorité à mes yeux, interdire à un député ou un sénateur   d’effectuer plus de 3«   mandats de suite, il faut interdire le cumul des présidences avec celui d’élus local, maire, président du conseil général et   député, ou maire président d’une communauté de commune  ; Autant de cas qu’il faut régler rapidement sous peine de voir les abus continuer.

Depuis des décennies, quant un parti politique voit son nombre d’élus diminuer soit à l’Assemblée nationale   soit au Sénat, on  s’empresse de modifier le règlement intérieur pour permettre la formation d’un groupe politique. C’est une pratique néfaste et dangereuse qui nous coûte très cher. Il faut revenir à des proportions normales en considérant qu’un groupe est représentatif à partir de 30 élus. Mais la volonté des urnes n’est pas en rapport avec celle des bénéficiaires des largesses de l’état. Adapter selon les élections la représentativité des paris est un détournement de la volonté exprimé par l’électeur et donc une trahison.

Revenons à cette transparence dont je faisais état au début de mon propos. Les élus vont donc déclarer leur patrimoine, il y aura une vérification par le fisc et une haute autorité, j’en accepte l’augure car enfin s’il n’y avait pas de vérification et que les choses doivent être déclarées en fonction de la bonne fois des élus, rien n’aurait changé dans notre pays. Comment évaluer un patrimoine avec justesse sans risque de tromperie  ; Certain ont pris les devant en publiant leurs avoirs, cela me fait rire si le sujet n’était pas si grave.

Il ne s’agit pas de faire une chasse aux sorcières, mais de vérifier une bonne fois pour toute que les élus ne s’enrichissent pas outrageusement pendant la durée de leur mandats, cela me semble de bon sens. Si l’un d’entre nous avait un train de vie qui subitement devienne trop   tapageur, le fisc n’aurait pas besoin d’une loi sur la transparence pour venir mettre son nez dans nos affaires.

Le Président de la République, c’est vrai donne l’impression de naviguer à vue, mais l’opposition trop occupée à se battre pour le leader ship continue à être inconstructible, les élections municipales à venir en 2014 seront je ne peux en douter une véritable déroute pour les partis dit traditionnels. Il faut s’attendre à un rejet des «  professionnels de la politique. Je dis depuis longtemps que se sont les électeurs qui doivent prendre le pas et renvoyer dans leurs foyers les élus qui ont faillit à leur mission. Ce sera choses faites avant peu si la situation perdure et c’est tant mieux.

Mais comment ne pas se poser de question sur la volonté des français à voir les choses changer  ? Dans le cas de monsieur Cahuzac j’entendais un commentateur déclarer hier que si ce monsieur voulait se représenter à Villeneuve sur lot il était attendu avec impatience. Et suivaient quelques commentaires d’habitant de la ville qui confirmait cette analyse. Alors que faut-il faire si malgré les malversations des élus, leurs électeurs eux même n’y voient que péripétie et continuent à placer leur confiance dans ce type d’individu  ?

Pauvre France disait Jean Lefebvre, je pourrais ajouter triste France qui ne peut définitivement pas relever la tête tant les français eux-mêmes sont versatiles.

Alors le chef de l’Etat nous promet une justice indépendante, (elle ne l’était pas?) et il affirme que toute la lumière serait faites sur cette affaire, nous en acception l’augure.

Mais avant de chercher à sauver les meubles il faudrait peut être les assurer. Comment? Tout simplement en effectuant une enquête minutieuse auprès des ministres pressentis avant leur nomination, une telle, pratique existe au USA et elle semble donner de bons résultats, même si le système n’est pas parfais.

De même il faut que chaque candidat présente aux français la liste des ministres qui devront figurer dans le futur gouvernement après l’ élections Présidentielle.

Il faut, mais j’ai cru comprendre que c’est-ce que veut François Hollande maintenant, il est temps, je le réclame depuis des années, que les élus condamnés ne soit plus en mesure d’être élus sans limitation de temps.

Si de telles mesures n’étaient pas prisent rapidement, les français qui sont écœurés par toutes ces pratiques douteuses se détourneront des hommes politiques pour certains ou auront des réactions plus violentes que la majorité d’entre nous ne souhaitons pas. Attention, aux deux extrémités de la toile politique, des yeux nous guettent et attendent que la France soit bien mure pour en cueillir des fruits et prendre le contrôle de notre société pour la transformer dans le sens qu’ils veuillent depuis si longtemps.

 

Au delà des faits qui seront avérés ou infirmés, il me semble malsain de laisser se développer un sentiments qui serait de faire croire que les politiques sont exempts de toutes magouilles et que seul la valetaille doit subir les foudres de la justice.

Car le constat est tout de même lourd:

 

Les hommes politiques n'aiment pas être traités de corrompus car la corruption politique est souvent jugée comme un acte immoral et contraire à la mission de nos élus  . Certains d'entre eux utilisent parfois le pouvoir qui leur a été confié pour servir leurs intérêts privés et non l'intérêt public pour lequel leurs électeurs  les ont

menés aux responsabilités.


Elire et réélire un homme politique pour qu'il commette des actes, pour lequel il n'est pas mandaté et qui consiste à violer la liberté de certains citoyens pour en faire profiter d’autres  est un crime qu‘il s‘agit de condamner.

Notre Histoire récente est riche d’hommes et de femmes qui ont, un temps, faillis à leur mission, certains sont sévèrement jugés et condamnés, d’autres arrivent à passer entre les mailles du filet mais sont vite rattrapés un jour ou l’autre.


Il va de soi que l'homme politique condamné pour corruption ne devrait plus pouvoir exercer un mandat.

Mais très souvent l'homme politique corrompu est réélu par ses électeurs qui oublient vite les écarts de celui ou celle qu‘ils connaissent depuis toujours dans leur circonscription ou mairie.. Pour combattre réellement la corruption des hommes politiques,  il faut priver à vie de droits civiques, les élus dont la culpabilité a été démontrée comme cela l'électeur n'aura pas à se prononcer pour réélire un élu corrompu.


Bien sûr s’il y a quelques ministres et députés corrompus,  il y a des policiers corrompus, des plombiers corrompus, des instituteurs corrompus, des facteurs, des ouvriers et même des prêtres qui le sont aussi, la politique reflète la société, mais à coté de ceux qui n’honorent pas leur mandat avec probité il y a aussi un grand nombre d'hommes politiques et de députés qui sont honnêtes et font leur travail avec passion et zèle.

Quel est l’état des lieux actuellement?

600 élus ont été mis en examen ces dix dernières années. Dans 400 cas, il s’agissait  de délinquance financière.


De 1992 à 2002  plus de 600 élus ont été mis en examen pour des délits avec au moins la volonté délibérée de transgresser la loi pour faire  un profit personnel ou dans l’intérêt d’un parti ou d’un lobby. .   Depuis 1992, sur 128 personnes qui ont été ministres ou Secrétaires d’Etat , 34 ont été mises en examen dans la décennie .  Il y a eu  plus de maires que de conseillers municipaux, plus de ministres que de députés.

Sur 549 instructions closes concernant des élus, 70.% ont donné lieu à une condamnation provisoire ou définitive, 12.% à un non-lieu et 17.% à une relaxe.

Par rapport à l’ensemble des personnes poursuivies par la justice en France, la délinquance financière représente moins de 4,5% des affaires contre 68% environ pour les élus , même si 5% des poursuites contre les élus le sont pour des fautes non volontaires.

J’ai rassemblé dans ce dictionnaire les noms de celles et ceux qui depuis des décennies ont défrayés la chronique par leur attitude et les affaire retentissantes ou plus discrètes qui les a mis sur le devant de la scène.

Cette liste ne peut être exhaustive en raison des « affaires qui ne manqueront pas d’être portée à notre connaissance dans les mois ou les années qui viennent car il ne peut être concevable que les choses s’arrêtent en si bon chemin, même après s’être amnistié les mauvais travers ressurgissent immanquablement.

J’espère que cette justice passera avec justesse mais rigueur, certes il y a encore beaucoup à dire sur son action, certes l’affaire d’outreau est encore dans toutes les mémoires, rien n’a avancé depuis et effectivement certains juges sont retombés dans les travers initiaux, je réclame à corps et à cris des Etats généraux de la justice depuis de longues années, serais je entendu un jour, Sarkozy qui avait reçu le  mémoire réalisé par l’association Salomon que je présidait alors, nous avait adressé à «  La madone des prétoire, Rachida DATY  », qui n’avait jamais daigné nous recevoir.

Madame TAUBIRA aura-t elle la volonté d’aller au fond des choses en demandant à l’actuel président de  décréter la justice grande cause nationale? Je ne le crois pas.

L’orage gronde depuis des années, si le volcan se réveille les dégâts seront irréversibles et les Français nous ont appris depuis plusieurs siècles que s’ils sont longs à réagir lorsqu’ils le font c’est toujours dans l’excès. Quand la coupe est trop pleine elle déborde.

 

 

Le quinquennat de Nicolas Sarkozy s'est achevé en 2012.   La crise a incontestablement marqué ce mandat . Élu en 2007 sur le thème de la rupture,  il est entré à l'Élysée en réformateur énergique et volontaire. La crise l'a transformé en pompier.  Nicolas Sarkozy avait beaucoup promis et soulevé un grand espoir de changement. Cinq ans après, les Français ont dressé  un bilan sévère de ses actions et  ses adversaires présentent son bilan comme « son boulet ».   

 

Longtemps, Nicolas Sarkozy a fait de la vitesse sa marque de fabrique et sa méthode d'action. Son tempérament jumelé à l'attente soulevée par son élection en 2007, le besoin de réformes l'y poussaient. Il à mené son action à un rythme intense, qui n'a pas faibli pendant ces cinq années, malgré la crise. Il était à la foi, Président, premier ministre; puis tous les ministres à la fois? Mais ce n’est pas à toi que je vais l’apprendre, toi qui à vécu au plus près cette période.

 

En même temps que le rythme d'action a été élevé pendant tout le mandat, la cohérence de la réforme   a faibli progressivement :

A l'heure du bilan, une part importante de ces mesures ne sont finalement pas réalisées. Ainsi, un peu plus d'un quart des mesures sont inachevées – c'est-à-dire qu'elles ont connu un début de mise en œuvre qui n'est pas allé au bout avant la fin du mandat :

ce sont majoritairement les promesses de campagne du candidat de 2007 qui n'ont pu être conduites à bien

 

Pour autant, 7 mesures « abandonnées » sur 10 sont des promesses du candidat de 2007 : le manque de résultats concrets ressenti par un grand nombre de Français à la fin du quinquennat de Nicolas Sarkozy tient tout entier dans ce chiffre.

 

Sur le front des finances publiques, s’il va sans dire que ni Nicolas Sarkozy ni le gouvernement ne sont responsables de la crise et de ses conséquences, il faut bien convenir que trop peu à été entrepris et réalisé.   Il ne s’est tout simplement pas attaqué à la seule mesure à prendre dans un contexte tendu, la baisse de la dépense publique.

De même sur l'emploi, qui perd un point en un an et demi, si le chômage reste la première préoccupation des Français et si les résultats ne sont guère au rendez-vous, l'exécutif a déployé l'essentiel de son dispositif et a géré en attendant une éclaircie qui n'est pas venue.

 

Mais ce constat peut s’appliquer aujourd’hui à François HOLLANDE:

 

Le quinquennat de François HOLLANDE  a commencé en 2012.   La crise va incontestablement marquer ce mandat . Élu en 2012 sur le thème de la rupture des années SARKO,  il est entré à l'Élysée en réformateur énergique et volontaire avec 60 propositions pour la France. La crise va-t-elle le transformer en pompier à son tour? François HOLLANDE avait beaucoup promis et soulevé un grand espoir de changement. Cinq ans après, les Français  dresseront  un bilan sévère de ses actions et  ses adversaires présenteront son bilan comme « son boulet.  

 

Deux Présidents identiques par leurs promesses, deux hommes certainement sincères et ayant au corps l’esprit du pays et le désir de faire le mieux pour lui. Mais deux hommes qui une fois aux responsabilités ne se sont pas rendu compte du décalage qu’il y a entre la fonction et les préoccupations des français confronté tous les jours réalités de leur vie.

La principale crainte des français c’est le chômage   les retraites et leur possibilité  de régler leur facture sans avoir recours à des artifices bancaires qui les plongent encore plus dans la précarité. 

 

Mais les élus de la nation sont  eux plus préoccupé à préserver leurs petits intérêts personnels en retardant, voire abandonnant, l’une des promesses de campagne du candidat HOLLAND, le non cumul des mandats. Et paradoxalement se sont les élus socialistes qui freinent le plus fort.

 

Sarko s’était augmenté dès son arrivée à l’Élysée, Hollande à diminué son salaire et celui des ministres. C’est bien l’équilibre est rétabli!  Mais au delà de ce gadget destiné à envoyer un signal de justice aux électeurs socialistes , cette « mesurette » ne réglera pas pour autant nos problèmes .

La retraite, il faudra y passer c’est indubitable, on ne peux continuer à creuser le déficit éternellement au risque d’abandonner notre système. Mais la solidarité à ses limites. Enfant j’ai le souvenir de nos parents qui ne pouvaient partir, pour la plupart, en retraite avant l’âge de 65 ans, la durée de vie était plus réduite, la gauche avait précédemment décidé que la retraite serait prise à 60 ans, tous ont applaudis. Puis est arrivée la crise, elle a bon dos celle là, il fallait revenir à un âge de départ plus reculé soit 61 ans , 62 ans  selon les années de naissance . Et à nouveau il faut revoir la copie, il n’y aurait plus assez d’argent pour régler nos pension d’ici 6 à 8 ans.

 

Prenons un cas concret: Un retraité, ouvrier  ayant passé 15 ans au chômage dans les dernières années de son activité et parti en retraite depuis 15 ans perçoit , tous régimes confondu complémentaire, Sécurité sociale, Régimes particuliers…1500€ mensuel environ.

Un cadre ayant travaillé 20 ans dans la fonction publique, 24 ans dans le privé comme cadre supérieur d’entreprise ou dirigeant de société, part à la retraite avec 1200€ à peine.  Nous avons bien progressé n’est-ce pas?

 

Tous deux ont cotisé pendant 44 ans pour ce résultat, alors je fais la proposition suivante, pourquoi ne pas ouvrir, dés le début de l’activité professionnelle un compte sur lequel serait déposé les cotisations versées durant toute la vie professionnelle , compte qui serait personnel mais sur lequel il ne pourrait pas être opéré de retrait avant la prise effective de retraite et qui pourrait rapporter des intérêt même  modiques, intérêts sur lesquels l’État pourrait prélever tous les ans une part raisonnable sans altérer le capital. Ce serait une bonne façon de prévoir l’avenir et éviterait que les mutuelles complémentaires, les caisses de prévoyances et autres organismes pompeurs de sang dépensent notre argent dans des spots publicitaires pour vanter leurs mérites, tous cet argent inutilement dépensé en pure perte pour nous serait bien mieux dans nos poches. C’est cela la justice sociale. Ajoutons à cela que les dépenses de fonctionnement occasionné par tous ces organismes peuplés de ronds de cuir serait inutile et leur personnel pourrait être reclassé à des postes de responsabilité.

Peut être suis-je un doux rêveur, mais ce n’est pas en continuant à se renvoyer la responsabilité des crises qu’on sortira notre pays de la situation ou il a été placé depuis des décennies par ceux qui prétendent diriger notre avenir.

La France est orpheline d’homme d’État digne de ce nom, ntu reste le seul à mes yeux à pouvoir incarner l‘espoir, aucun autre, à ce jour n’a la stature qui permettrait de faire l’union sur un projet politique dont nos dirigeants actuels sont bien démunis.

Sitôt battu aux élections Présidentielles, la droite se divise et se bat en public, sans vergogne et au mépris de ses soutiens, la gauche arrivée au pouvoir fait un pas en avant et deux en arrière.

Un président chasse l’autre et veut marquer de son empreinte  son passage, peu importe s’il doit être battu au bout de son mandat, seul compte l’instant présent, j’y suis pour cinq ans j’en profite; Après mois le déluge.

Que se soit SARKOZY ou HOLLANDE, tous deux ont connu des envolées spectaculaires dans les sondages et tous deux ont chuté au plus profond des abîmes journalistiques. L’un a fait la guerre en LYBIE, l’autre intervient au MALY . Chacun semble vouloir marquer l’autre à la culotte. Je me souviens de la couverture d’un hebdomadaire politique, il y a quelques année, ou SRAKOZY et HOLLANDE posaient cote à cote et l’article les accompagnant faisait un parallèle entre les deux hommes, rien à changé, on prend les mêmes et on recommence.

 

Il est temps que nous soyons responsable et que nous confions nos intérêts  à des gens qui sauront, au-delà des clivages politique, redonner à la France  sa place dans le monde et mettre de l’ordre dans cette gabegie intérieure qui nous ronge et nous fait stagner, Il y en a je le sais et tu en fais partie.

Si nous ne réagissons pas vite dans quelques années la France sera devenue le parc  d’acclimatation de l’Europe. Nous serons visité comme les derniers descendants d’une espèce en voie de disparition, un grillage ceinturera notre belle nation pour éviter que nous ne nous échappions afin de ne pas contaminer l’extérieur. J’exagère juste un peu.

Alors redressons la tête, redevenons fiers d’être français et mettons nous au travail, ce n’est pas avec 30 ou 35 heures de travail par semaine  qu’on peut faire avancer un pays, les anglais l’on bien compris eux qui travaillent 48 heures;

Le monde appartient à ceux qui se lèvent tôt disait mon père, et quand je vois nos jeunes, mariés ou en couple, parents, au chômage, se lever en début d’après midi pour se caler devant leur console vidéo, principal achat dans le couple, pour passer des heures entières à jouer, je ne sais pas si l’avenir de la France n’est pas compromis. J’ose espérer que non , j’ose penser qu’ils vont se ressaisir et faire entendre leur voie autrement.

Je suis par nature optimiste alors oui je crois en leur avenir, oui je crois que les choses vont avancer dans la bonne direction, il reste encore beaucoup de chemin pour cela, mais nos aines l’ont fait ,nous l’avons fait, ils le ferons à leur tour.

Nous pouvons à présent passer le témoin, agissons pour que les politiques en fasse autant et tout ira un peu mieux dans le meilleurs des mondes.

Une année de plus qui passe, c’est la marche inexorable de notre civilisation qui avance à grands pas vers sa destruction programmée accélérée par l‘homme ce ruminant carnivore au cerveau si eu développé qu’il continue à détruire son bien le plus précieux pour sa survie, LA TERRE.

Notre planète est exsangue, partout ce n’est que conflits, guerres, violences t nous restons à regarder dans cette étrange lucarne qui nous livre ce qu’on veut bien lui donner et pratique de ce fait la désinformation la plus totale.

L‘année débute par un scoop  : DEPARDIEU quitte la France, bon vent Gérard et que le Cul te pèle, en Russie, pays hautement démocratique tu sera servi. Mais tout ceci n’est que foutaise et endormissement des masses . Pendant ce temps, comme toujours on en rajoute une couche, la droite de la droite n’est pas d’accord avec la droite, la gauche de la gauche en fait de même, Les hommes politiques continuent de nous prendre pour des Cons à croire qu’ils n’ont rien compris mais surtout qu’ils se moquent éperdument de nous. Après l‘hyper Président voici venu le temps des Barbapapa.

 

Voila ce que je voulais te dire en espérant que nos propositions trouvent un écho favorable auprès de toi, tu représente pour nous l’avenir de notre pays à condition que l’ensemble des forces de droite et du centre comprennent qu’il faut à la tête de notre France un véritable homme d’Etat et que cet homme d’état ne peut qu’être toi. Il ne s’agir pas de te passer de la pommade, tu sais que ce n’est pas mon genre, bien au contraire, je ne serai jamais un mulet aveugle et continuerait à m’exprimer malgré les tentatives passée de me bâillonner.

Je serais à tes cotés pourvu que tu aille dans le sens de l’intérêt général ce dont je ne doute pas aujourd’hui.

Je reste donc à ta disposition et te souhaite bon courage pour le dur combat que tu t’apprête à mener pour la France, nos enfants et notre place dans ce monde.

 

 

Guy CAILLEAU Président de l’UDAP



26/07/2013
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 70 autres membres