la lettre de Guy CAILLEAU

LES EM.. « .BERLIFICATEURS » DE MOUCHES

 

LES EM.. « .BERLIFICATEURS » DE MOUCHES

 

Il y aura bientôt six mois, la France portait à sa tête François HOLLANDE. Certes cette drôle d’élection ne désignait pas obligatoirement un homme pour sa valeur ou son action politique mais se voulait surtout un rejet de celui qui partait après cinq années ou rien ne lui avait été épargnée. La belle Marianne avait été cocufiée par son ancien courtisant et espérait que le nouveau serait fidèle à ses engagements pré-nuptiaux. C’était sans compter sur la personnalité du suivant qui n’avait jamais voulu se lier par un acte officiel avec aucunes des ses concubines.

 

Après les désillusions du quinquénat passé elle pouvait penser, et avec elle bon nombre de Français, que les choses allaient s’améliorer, elle commença vite à déchanter en voyant les premières mesures prisent par le corrézien de l’Élisée.

 

Elle regardait en direction des retraités bien maltraités par l’Hyper Président précédent et constatait qu’après les promesses vient le temps des regrets comme disait si bien le poète. Au lieu d’apporter une amélioration aux retraites versées par l’État et cotisées par les travailleurs, il allait tout bonnement augmenter les prélèvements en tapant dans la poche de cette catégorie en particulier, laissant au passage les œuvres d’art si chère à Laurent FABIUS (merci papa) excluent de l’ISF.

Dans l’indifférence la plus totale les grands patrons licencient à tour de bras en se payant même le luxe d’écrire au chef de l’État pour lui poser des ultimatums , les entreprises qui était notre fleuron se délocalisent par dizaines ou centaines pour trouver une main d’œuvre moins chère et plus malléable, l’Allemagne continue de nous donner des leçons, le Qatar rachète le PSG et gagne ses matchs, la BAC de Marseille est dissoute pour corruption active, le N° deux de la PJ de Lyon sort de prison en attendant son jugement et Kerviel est condamné à trois ans de prison ferme et une amende astronomique pour avoir fait ce qu’on attendait de lui. Je pourrais citer bien d’autres exemples mais à quoi bon vous les connaissez et vivez au quotidien cette interminable descente aux enfers que subissent tous les citoyens de notre pays à l’exception comme le disaient en 1789, des deux cents familles, ou plus.

 

Pendant ce temps là que font les journalistes radio, presse écrite et télévision ? Ils dissertent ….

Et sur quoi dissertent ils ? Je vous le donne en mille, sur le nœuds de cravate de François HOLLANDE! De quel coté est il ? Qui le lui fait ? Doit il porter une cravate ou un nœuds papillon ?

Avant cela on avait eut l’épisode de la tenue de Cécile DUFLOT sifflée telle une vulgaire prostituée par certains députés plus intelligents que d’autres.

 

L ’Hémicycle est toujours aussi vide sauf le mercredi, télévision oblige, les journalistes dissertent, ils font des émissions « cul-culturelles » en se posant mille questions existentielles sur le mode de reproduction des fourmis ou sur la capacité d’attraper les mouches au vol. Au Vol oui c’est bien le cas, vol de la démocratie, détournement de fonds, de fonds de tiroirs vidés par les uns et que ne savent pas remplir les autres. La majorité actuelle navigue à vue sans vouloir appliquer le fameux programme de son candidat devenu champion, exception faites de Manuel VALLS qui avance sans s’occuper de ce qui se passe ailleurs que dans son ministère, en voilà au moins un qui bosse.

 

Pendant ce temps là, l’opposition de droite, gênée au entournures par la percée du FN, fait ses minis primaires avant l’heure et s’oppose en interne, COPE contre FILLION ou inversement, chacun compte ses partisans et amis en jurant que rien ne les sépare, sauf le style. Certains militants avec une larme dans l’œil regrettent toujours la défection du nain de Neuilly, (au secours il pourrait revenir !), et je divague à mon tour sur un constat d’échec pour la France.

 

Et pourquoi se prendre la tête, depuis longtemps nous savons que le pouvoir n’est plus à PARIS , LONDRE,  MADRID ou toutes autre capitale européenne, le pouvoir, le vrai celui du fric et des décideurs se trouve ailleurs, même si la vérité est nul part et nous pourrons gesticuler, faire des manifs, changer systématiquement nos dirigeants, rien n’y fera, il fallait rester Français et ne pas se mettre sous le dictack des technocrates de BRUXELLE.

 

Il fallait y penser avant, nous sommes passés à coté du sujet en fabricant une Europe à plusieurs vitesses au lieu de la fédérer avec une seule gouvernance. J’ai une pensée émue pour Philippe SEGUIN qui s’était battu longuement et avait échoué de peu au moment du référendum sur MAASTRICH . On ne refait pas l’histoire on l’assume.

 

2 Novembre 2012

 

 

 



03/11/2012
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 70 autres membres