la lettre de Guy CAILLEAU

le mirroir à deux faces

LA CHRONIQUE DE GFM


LE MIROIR A DEUX FACE

Nous étions 16 millions de téléspectateurs à regarder dimanche soir la prestation du Chef de l’Etat qui squattait les six chaines à sa solde, face à des journalistes complaisants, nous étions si nombreux pour l’écouter au moins nous dire qu’il s’était trompé et que sa présidence n’était qu’une parenthèse dans la vie politique de notre pays. Nous aurions pu penser qu’il ferait son « mea culpa » pour sa gestion catastrophique de l’Etat depuis son avènement à sa tête. Passé le Président « Bling Bling » du début de règne, puis l’omni président des premiers mois, le super Premier ministre, puis tous les ministres à la fois, pour en arriver au sauveur de l’humanité, faisant et défaisant le monde, réunissant toute les semaines un G8, un G20, ou créant un pole méditerranéen mort né, il recevait nombre de dictateurs dont il n’hésita pas à contribuer à chasser, tout au moins pour l’und’eux, sous couvert d’une résolution de l’OTAN. Certains de ses ministres profiteront largement des bienfaits de ses  « dictateurs » convenables à l’époque.
Je passe sur les augmentations répètes des prélèvements fiscaux et des cadeaux somptueux fait aux amis de la « bonne société ».
Après quatre ans et trois quart nous pouvions penser que le pas encore candidat, mais déjà en campagne, nous aurait concocté des mesures radicales pour sortir de la crise, il n’en à rien été, il a annoncé simplement l’augmentation de la TVA, dont on ne sait si elle sera « sociales « patronale » ou autre. Mais une chose est sure elle sera supportée par tous. Reprenant les propositions de François Hollande nous avons assisté à un numéro de duettiste assez savoureux. En effet Nicolas Sarkozy se plaçant en véritable opposant au président encore en exercice qu’il est toujours nous a fait la critique de son gouvernement, de ses ministres et par voix de conséquence  de lui-même.
Au lendemain de cette prestation navrante les « mulets » reprenaient en cœur que le chef de l’Etat avait été sublime et dans son rôle. Le Général De Gaulle  traitait les députés de sa majorité de « Godillots » que dire de ceux de cette majorité dans cette législature qui s’achève dans la plus grande confusion sur fond d’affaires sordides et de gros sous.
Comme beaucoup de Français je suis resté sur ma faim. A 90 jours de l’élection Présidentielle nous avons assisté à un échange entre deux conceptions de la France faites par le même individu qui a donné l’impression d’être face à son propre clone.
Il n’aura été qu’une pale image de lui-même reflétée dans «  le miroir à deux faces » lui qui voulait être « l’aigle à deux têtes ».

                                                                                             G.FOURNIE-MOTTEL

 

Régulièrement vous retrouverez l'analyse affutée de GFM, n'hésitez pas à donner votre avis, merci.



02/02/2012
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 70 autres membres