la lettre de Guy CAILLEAU

L'ENFER DU PARLOIR

« De multiples viols commis au parloir d'une prison ou enregistrés sur vidéo : ce calvaire imposé à un garçon de 4 ans est au coeur du procès d'assises de la mère et du beau-père de l'enfant, qui s'est ouvert lundi 23 septembre à Strasbourg.

Lionel Barthélémy, 31 ans, aurait bénéficié de l'aide de la mère du petit garçon, dans le parloir de sa maison d'arrêt. Elle aurait fait mettre son fils à genoux sur une chaise avant de lui bander les yeux avec son écharpe puis l'aurait maintenu par les bras pendant que son beau-père le violait.

A l'époque, cette dernière était enceinte depuis environ 6 mois d'une petite fille que son compagnon n'a pas reconnue.

"Mme Bonner s'est rendue complice du crime en conduisant son fils au parloir par deux fois dans la même journée : une fois le matin où il y a eu un premier viol et une seconde fois l'après-midi en sachant parfaitement ce qui allait à nouveau se produire", a déploré Me Yannick Pheulpin, agissant au nom de l'association Themis, représentant légal du petit garçon.

Les surveillants de la prison n'ont pas empêché ce geste, ils ne l'ont même pas constaté. Selon des éléments de l'enquête, des sacs poubelle obstruaient la porte vitrée du parloir de cette prison où, comme dans d'autres établissements pénitentiaires, selon les avocats, une certaine tolérance est acceptée pendant les visites conjugales.

Me Pheulpin envisage déjà "d'assigner le centre de détention de Toul en responsabilité. »

Je connais bien la ville de TOUL, ancien fief du général BIGEARD, pour y avoir séjourné presque 4 ans par le passé j’ai donc lu avec un peu plus d’attention cet entrefilet qui relatait ce viol sur ce petit enfant.

Vous me connaissez ! A la lecture de cette info mon sang n’a fait qu’un tour. Comment une telle abomination peut elle avoir été possible ?

Un certain nombre de questions se posent :

Comment par deux fois dans la même journée une mère, qui n’en a que le nom, peut elle donner son propre fils à son compagnon, détenu et théoriquement surveillé par les agents de l’administration pénitentiaire, sans que personne ne se rende compte de rien ?

Comment des sacs poubelles se trouvaient ils posés sur les glaces du parloir, ou est l’hygiène ?

Personne n’a rien vu par deux fois, que faisaient les surveillants ?

L’article commence par : De multiples viols commis au parloir d'une prison ou enregistrés sur vidéo. »

Nous sommes sur une autre planète, je ne suis pas réveillé, c’est affreux de penser que jusque dans les prisons on peut être aggravée et violé.

J’espère que le jury d’assise qui statu sur ce dossier va être impitoyable envers le violeur et lui administrer un châtiment exemplaire, mais au-delà des faits, j’invite madame Nadine MORANO, ex député de TOUL, lieu ou se sont produits les faits, et « tête bien pensante » de l’UMP, à agir en allant visiter cette prison « décharges ». C’est dans ces cas là que l’action est utile et visible, çà la changera des idioties qu’elle profère en public au nom de ami COPE.

Je suis un fervent défenseur de la cause des femmes, vous le savez tous, mais devant de telles abominations entre cette folle qui donne en pâture son enfant et la mère de FIONA qui n’est même pas digne de s’appeler ainsi, et déclare une disparition alors qu’elle à participé activement au camouflage du corps de sa fille tuée vraisemblablement par son compagnon, il faut avouer que mes convictions profondes sont quelques peu ébranlées. Qu’avez-vous pauvres sottes à agir de la sorte avec vos enfants ? Savez vous que vous n’êtes pas digne de vous appeler maman.

J’ai honte de vivre dans une société qui ferme les yeux sur ces atrocités qu’elle engendre par égoïsme et lâcheté et fabrique des monstres.

Au lieu de mettre en prison des jeunes qui apprennent à devenir des voyous au contact de délinquants plus expérimentés, on ferait mieux de prendre des mesures plus radicales envers ces violeurs, pédophiles et autres meurtriers d’enfants.

Je réclame depuis plusieurs années des états généraux de la justice, attendrons nous qu’il soit trop tard et que notre pays devienne un lieu d’exclusion.

Non je ne suis pas fier de nous, non je ne suis pas de ceux qui baissent les bras, oui il faut agir vite mais sans précipitation comme c’est trop souvent le cas quant un problème se pose. La leçon d’OUTREAU n’aura servie à rien j’en ai bien peur.

Prions pour ces enfants martyrs de la folie humaine.

25 SEPT 2013

 



27/09/2013
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 70 autres membres