la lettre de Guy CAILLEAU

JOURNEE DE LA FEMME

Dans 48 heures ce sera à nouveau la journée des femmes, un peu en avance voici mes dernières réflexions sur le sujet.
JOURNÉE DES FEMMES

8 mars 2016, je croyais l'année dernière en avoir fini avec cette stupidité qu'on appelle : journée internationale des femmes, mais nous sommes dans un pays ou il faut impérativement une journée pour chaque choses. Bien j'en accepte l'augure. Depuis deux, ans en particulier, j'avais disserté à cette occasion sur la place des femmes dans notre société, expliquant à ceux qui me faisaient la gentillesse de me lire, que les femmes n'avaient nul besoin d'une seule journée pour être célébrées puisque c'est au quotidien qu'elles devaient l'être tant leur implication dans la vie de tous les jours est importante, et en premier lieu par le fait qu'elles sont nos génitrices et que sans elle point de vie. Je n'avais pas, cette année, l'intention de reprendre cette éternelle rengaine pour défendre la place de la femme dans notre société qui se dit civilisée mais se comporte à leur égard comme de vulgaires machos et de parfaits imbéciles, tout au moins pour certains.

L'association féministe les Chiennes de garde a décerné samedi le prix de "macho de l'année" au sénateur Les Républicains (LR) Jean-François Mayet, pour avoir dit que les femmes "sont quand même là pour faire des enfants".
En 2015, ce sénateur avait estimé que l'une des causes de la désertification médicale en France est "la féminisation, puisque 75% des nouveaux diplômés sont des femmes. Or nonobstant l'égalité, elles sont quand même là pour faire des enfants.

C'est cette phrase qui vaut au sénateur de l'Indre de remporter le 8ème prix Macho décerné par cette association, à quelques jours de la journée internationale des droits des femmes, a annoncé l'association dans un communiqué. 
Son "dauphin" est le militant écologiste Stéphane Lhomme, pour un tweet au sujet de l'ex-députée écologiste , Barbara Pompili nommée secrétaire d’État chargée de la biodiversité dans le remaniement de février: "La fausse écolo mais vraie notable Barbara Pompili vole au secours de l'aviateur familial Manuel Valls: une place de ministre pour une pipe ?". 
Un "prix macho du déshonneur" est décerné au Député Jacques MYAR LR , pour les propos tenus dans deux occasions distinctes: "Je ne serre pas la main aux connes, ça pourrait les instruire", avait-il lancé à des militantes du groupe féministe La Barbe. Et s'adressant à une journaliste: "Ah ce portrait que vous avez fait de moi, j'en jouis encore ! Ça vous choque que je parle d'orgasme?".

Tout au long de l'année, les Chiennes de garde ont répertorié des déclarations publiques machistes. Elles en ont soumis 11 aux membres de l'association, qui ont voté sans connaître le nom des auteurs. Parmi les lauréats des années passées figurent le cardinal archevêque de Paris, André Vingt-Trois, le président du club de football de Montpellier Louis NICOLIN (2010) ou encore le photographe Jean Claude ELFASSI.

LE 4 MARS DERNIER L'ASSOCIATION LES CHIENNES DE GARDE PUBLIAIT LE COMMUNIQUE SUIVANT :
DES MOTS POUR LE DIRE :
Employons donc les mots justes !
- Dire 8 mars : Journée internationale DES DROITS DES femmes / et non 8 mars : journée internationale de la femme. La Femme est un concept, un fantasme « idéal », bien loin des réalités des femmes dans la vie quotidienne.
- Utiliser le féminin pour les noms de métiers, les grades, les titres et les fonctions occupés/portés par des femmes : autrice, artisane, compositrice, etc… de nombreux noms de métiers, grades, titres et fonctions existent dans la langue française (cf. Non, le masculin ne l’emporte pas sur le féminin d’Éliane Viennot aux éditions iXe (2014).
- Dire Droits humains / et non Droits de l’Homme. Cette terminologie date de la Révolution française qui a exclu volontairement les femmes de la citoyenneté. Seuls les pays francophones parlent de droits de l’Homme, tous les autres pays du monde évoquent les droits humains. Au nom de quoi l’Homme même avec un grand H (que l’on n’entend pas, même si on le lit) engloberait toutes les femmes?
- Dire foot masculin et foot féminin / et non foot et foot féminin
- Dire meurtre (machiste) / et non Drame/crime passionnel. Quand des meurtres de femmes et/ou des enfants, sont qualifiés de "drame familiaux", le scénario proposé insinue que les victimes seraient actrices et/ou acteurs de leur destinée au même titre que le bourreau, tous pris dans le tourbillon de la passion, donc d’une logique irrationnelle
- Dire Féminicide (recommandation du Rapport Crozon adoptée par la Délégation aux droits des femmes le 17/02/2016) / et non Meurtre d’une femme. Meurtre en raison de son sexe (ex : une joggeuse violée puis tuée par un inconnu). Plusieurs pays d’Amérique latine et d’Europe (Chili, Costa Rica, Colombie, Salvador, Guatemala, Mexique, Pérou, Italie et Espagne) font ainsi du machisme la circonstance aggravante du meurtre, comme cela existe pour le racisme ou l’antisémitisme.
- Dire Viols / et non Agressions sexuelles 
- Dire Elle a été violée, il a violé une femme / et non Elle s’est fait violer. Les viols sont des crimes, les agressions sexuelles des délits : parler d’agression est une minimisation. Par ailleurs les victimes subissent. Elles ne sont pas actrices du viol, elles ne l’ont pas « cherché ». (Cf. la différence entre « se faire tatouer » et « être tatouée » ou « il a tatoué »).
- Dire Agression sexuelle, agresser sexuellement / et non Abus, abuser.
- Dire Mutilations sexuelles féminines / et non Mutilations génitales féminines. Cette expression ne prenant pas en compte la sexualité des femmes comme droit fondamental mais reléguant les femmes à leur fonction physiologique de procréation.
- Dire Gestion raisonnable / et non Gestion en bon père de famille. Notion dépassée du droit français qui a disparu seulement le 21 janvier 2015 du droit français.
- Dire Personne de référence / et non Chef de famille
Dire 25 novembre : Journée internationale de lutte contre les violences CONTRE les femmes / et non 25 novembre : Journée internationale de lutte contre les violences à l’égard des femmes. Contre = opposition à quelqu’un = à l’encontre de / À l’égard de = avoir de la considération pour quelqu’un = respect, attention, etc…
Voila que ces réflexions apporte une nouvelle pierre au débat sur la place des femmes dans notre vie, mais je ne saurais conclure mon propos sans citer les quelques phrase qui relève le niveau intellectuel de ceux qui les ont prononcés

• “Les filles sont moins stables que nous émotionnellement. (…) Je pense que c’est à cause des hormones et tout ce que cela implique. Nous, les hommes (…) On est toujours en pleine forme.Jo-Wilfried Tsonga - joueur de tennis professionnel - lors d'une conférence de presse, janvier 2013. 
Commentaire personnel :Comme quoi il ne faut pas confondre ténnis avec pénis.

• “Je ne discute pas avec les femmes de football (…) Qu’elles s’occupent de leurs casseroles et puis ça ira beaucoup mieux.” Bernard Lacombe - entraîneur de football professionnel, dirigeant de l'Olympic lyonnais - sur l'antenne de RMC, mars 2013.
Commentaire personnel:Encore un essai à transformer.

• “T’avais des grosses dondons qui étaient certainement trop moches pour aller en boîte le samedi soir (…) par rapport à une équipe masculine, ça vaut que dalle! Le foot, c’est quand même un sport de mecs (….)” Pierre Ménès - journaliste et consultant sportif - dans le journal "l'Équipe", mars 2013.
Commentaire personnel :Encore un qui est « foot » des femmes.

• “Si le pouvoir ne reste pas dans les mains des hommes, il se dilapide. Les femmes n’incarnent pas le pouvoir, c’est comme ça !” Éric Zemmour - polémiste - sur BFM TV, mars 2013.
Commentaire personnel :A vec Eric, c'est Z'amour fou.

• “C’est un fantasme de beaucoup de femmes de se prostituer (…) le fait d’être payé pour coucher est quelque chose qui fait partie de la sexualité féminine (…)” François Ozon - réalisateur - dans une interview accordée au magazine "Hollywood Reporter", mai 2013.
Commentaire personnel :OZON , OZON, il a ozé.

• “Je pense que cette tendance à vouloir mettre les hommes et les femmes à égalité est purement idiote. La pilule a beaucoup changé les femmes de notre temps, en les masculinisant, je pense que tout cela chasse le romantisme de nos vies, et c’est bien dommage…” Roman Polanski - réalisateur - lors de la présentation de son dernier film à Cannes, mai 2013.
Commentaire personnel :Et en matière de respect des femmes en voici un violeur impuni qui s'y connaît.

• “Il y a aussi le problème de maternité qui se pose (…) Et puis après assurer le service après-vente de la maternité…” Bruno Mantovani - directeur du Conservatoire national supérieur de musique et de danse de Paris, compositeur et chef d'orchestre - lors d'un reportage de la station de radio France Musique, octobre 2013.
Commentaire personnel :Ça vaut combien un môme pour la danseuse ?

• “La parité c’est une connerie. Il y en a (des femmes ndlr) de très compétentes mais elles nous pourrissent la vie. Elles seraient mieux avec des casseroles à faire de la confiture…” Bernard Ronsin - Conseiller général de l'Aisne - dans le journal "l'Aisne Nouvelle", octobre 2013.
Commentaire personnel :Oui et après elles pourraient te la foutre sur la gueule la confiote.

• “Quand tu baises une laide et qu’un jour tu baises une belle, tu penses que tu ne vas baiser que des belles… eh non... malheureusement... ça a dû t'arriver, ça m'est arrivé, et tôt ou tard tu repasses au ragoût, tu vois ce que je veux dire.” Bernard Laporte - ancien Secrétaire d'Etat aux Sports et actuel entraîneur du RC Toulon - lors d'une conférence de presse, décembre 2013.
Commentaire personnel :Avec la tronche qu'il a il doit « baiser » plus de laides que de belles.

Et le macho de l'année 2013 est... Pierre Blazy pour sa saillie à propos de la nomination d'Anne Cadiot-Feidt comme batonier de Bordeaux : 
"Je ne veux pas critiquer, mais vous n’avez pas d’avocates qui soient des avocates de renom, connues comme de grandes pénalistes. Ça n’existe pas. Est-ce qu’une femme a les capacités pour supporter le poids de toutes ces affaires ?"
Commentaire personnel :Gisèle Halimi, entre autres, va être constante.

En 2012, le gagnant du prestigieux prix était Maxime Valette, créateur du site « vie de merde » , pour son tweet délicat à l'encontre de Tristane Banon :
"La seule façon pour qu’elle la ferme, c’est la violer."
Commentaire personnel :Ba non !

Des exemples on pourrait en trouver des centaines tellement la crétinisation fait de ravages dans notre société qui se dit évoluée, je n'ai pas pu résister à vous rapporter ces quelques « perles » issues d'orifices peu glorieux, ce sera ma contribution annuelle à la cause des femmes, après nous pourrons retourner à des préocupations plus mâles (humour)



07/03/2016
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 70 autres membres