la lettre de Guy CAILLEAU

Elections partielles

 

 

UNE ELECTION SANS SAVEUR

 

 

 

Une nouvelle fois, nous irons ce week-end voter pour élire, peut être  définitivement, notre conseiller général pour le canton de BRIGNOLES, VAR.

Après deux invalidations par le Conseil d’Etat, c’est donc une troisième campagne qui débute jusqu’au premier tour. J’avais envisagé d’être candidat devant les petits jeux de chaises musicales qui se joue depuis trois ans bientôt dans ce canton. Un coup c’est le candidat du PC qui est élu, de justesse, une autre fois c’est celui du FN, et en dernier ressort à nouveau le candidat du PC. J’ai renoncé à briguer ce mandat pour pouvoir me consacrer plus activement à la vie de ma commune  et, alors que venons de recevoir les professions de foi des candidats à ce nouveau tour de scrutin,  je suis effaré de constater que les leçons du passé n’ont encore une fois été retenues.

Six candidats se présentent à nous :

 

Jean Paul DISPARD pour « le Parti de la France »

Laurent LOPEZ pour « le Front National »

Christian PROUST pour « l’UDI » allié de l’UMP

Catherine DELZERpour « l’UMP »

Laurent VARRATALALA pour le « PCF » et

Magda IGYARTO-ARNOULT pour « Europe écologie les verts »

 

Certes c’est la démocratie que de se présenter à une élection quelle qu’elle soit, mais une nouvelle fois force est de constater que l’unanimité n’y est pas que se soit à droite ou à gauche. Car enfin, le Front National et le parti de la France, c’est bonnets blanc et blancs bonnets, idem pour l’UDI et l’UMP, et que dire des partis de gauche. Pas de référence à au PS,   la représentante d’EELV  doit se sentir bien seule parmi tout ces gens là.

A noter que les deux derniers duettistes des deux précédents tours sont absents, écartés démocratiquement par leurs instances nationales. Les programmes n’en parlons même pas tellement c’est la même chose que l’on peut lire sur les professions de foi. Aucune innovation, toujours la même rengaine, les mêmes mots, les mêmes formules éculées depuis 30 ans. Mais tous persistent et signent pour tenter de décrocher le « grall », qui leur permettra de se faire connaître un peu plus localement et qui sait, peut être d’avoir les faveurs du parti représenté dans l’avenir et connaître un destin national. Ne rêvons pas, les places sont cher depuis que la politique a été instituée en véritable métier.

Devant un tel constat que faire ?  Aucun des candidats ne  propose d’actions innovantes, tous reprennent en cœur les mêmes thèmes de campagne, ce n’est pas leur faute, ils sont aux ordres des Etats Major nationaux qui n’ont toujours pas compris ou était l’intérêt de la France et continuent à se quereller et comptent leurs points à chaque élection.

Alors nous irons donc voter parce que c’est un devoir et un droit dont nous devons user, mais pour qui ? L’avenir nous le dira du 13 octobre prochain en espérant que cette élection sera la bonne. Mais je voudrai dire que cette situation locale reflète bien se qui se passe sur l’ensemble du pays et laisse présager d’élections municipales en 2014 qui réserveront des surprises aux partis traditionnels et amènerons dans les municipalités des extrémistes de tous bords.

Le VAL le 2 octobre 2013



02/10/2013
1 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 70 autres membres